- Page 2

  • Les irresponsables

    pen01.png

    Seveso. Ces trois syllabes n’évoquent rien aux plus jeunes. En fait c’est le nom d’une commune d’Italie touchée en 1976 par une importante pollution à la dioxine. Depuis, l’Europe a émis une directive qui impose au états membre d’identifier les sites industriels à risque et à prendre’ des mesures adaptées comme des moyens d’information de la population et l’établissement de plans catastrophe.

    pen03.jpgComme nous le rappellent chaque premier jeudi du mois midi les essais de sirène, Haren est concerné. Plusieurs entreprises sont considérées comme haut risque. Il s’agit de dépôts de carburant le long du canal (chaussée de Vilvorde) mais aussi d’une entreprise qui stocke des produits chimiques toxiques boulevard de la Woluwe Machelen.

    En cas d’accident présentant un risque chimique, la première mesure est de demander la population de rester confinée l’intérieur des bâtiments, portes et fenêtres fermées. Mais si le risque est plus grand, l’évacuation peut être imposée comme ce fut le cas en mai 2013 Schellebelle lorsqu’un train transportant des substances toxiques a déraillé. Car évidemment, il n’y a pas que les installations fixes qui présentent un risque. A ce propos, la ligne 26 est un axe important pour les convois de marchandise et … il longe le site de la future prison !!!

    pen04.jpgEn cas d’alerte, si une mesure de confinement suffit, cela ne devrait pas poser trop de problème dans le pénitencier ; tout au plus cela pourrait être gênant lors de la relève du personnel. Mais si le risque est plus important et qu’une évacuation est nécessaire, il serait douteux que les autorités aient les moyens d’évacuer rapidement 1190 prisonniers (plus le personnel) alors que déjà maintenant certains transferts planifiés ne peuvent même pas être assurés. Et puis il faudra bien les caser quelque part… Et si on les laisse sur place, cela pourrait faire de la prison une immense chambre gaz. La ligne verte du Keelbeek deviendrait alors un couloir de la mort. Les mauvaises langues diront que cela apporterait une solution au problème de surpopulation carcérale.

    Bien sur, personne ne souhaite qu’un tel accident se produise, mais il faut envisager le pire pour le prévenir, et il serait douteux que ceux qui ont décidé de l’implantation de la prison y ont pensé, car si c’était le cas, Haren leur serait immédiatement apparu comme un mauvais choix !

    pen05.jpg

    sok.jpg

    ANTE GLADIUM ALII LEVITATE PENNA ET HUMOREM

  • Festival Anti-Carcéral

    keelbeek pont bar.jpg

    Expositions, bar solidaire, repas collectifs, sérigraphie... voici un petit échantillon de ce qui vous sera proposé ces 22, 23 et 24 mars dans le cadre du Festival Anti-Carcéral.

    Programme:

    Vendredi 22

    19h30 : Conférence gesticulée: "Taule, errances"

    21h - 3h : Concert "La Vrillade", DJ

    au GC De Linde, rue Cortenbach, 7

     

    Samedi 23

    11h : Marche contre la maxi-prison (départ de la gare de Schaerbeek)

    15h - 19h : Ateliers-discussions-réflexion; promenades anti-prison; atelier sur l'antiracisme et l'anticarcéralisme par GENEPI France; ateliers et spectacles pour enfants

    21h - 3h : Concerts: Cumbele; Mud; Dani Cosmic; Datra/Gulivr

     

    Dimanche 24

    11h30 : P'tit-dej et projection

    14h : Ateliers préparation du Carnaval

     

    sok.jpg

    ANTE GLADIUM ALII LEVITATE PENNA ET HUMOREM

  • Un bébé, un arbre

    arbre.jpg

    Dans le cadre de son plan climat, la Ville de Bruxelles entend planter un arbre pour chaque naissance qui aura lieu sur son territoire.

    DSCN7503.JPGMais ces arbres ne seront pas plantés uniquement sur le territoire de la Ville de Bruxelles, mais principalement dans des pays du Sud. Selon deux échevins de la nouvelle majorité, il s'agit de faire comprendre que l'enjeu climatique dépasse les frontières. La Ville est donc à la recherche de partenariats avec des associations actives dans les régions du Sud pour mener à bien cette tâche.

    DSCN7506.JPGIl y a près de 3000 naissances par an à Bruxelles, cela fera autant d'arbres à replanter et à répartir entre tous les quartiers de la capitale et entre les pays du Sud. Mais ces dernières années, plusieurs centaines d'arbres ont été sacrifiés à Haren au profit de projets immobiliers tant privés que publics. Si dans certains cas, le permis d'urbanisme imposait au maître d'oeuvre de replanter des arbres une fois les travaux terminés, c'est loin d'être le cas, et les services d'urbanisme, compétent pour sanctionner ces manquements ne semblent pas vouloir agir.

    Ce n'est pas de sitôt qu'Haren retrouvera son aspect vert, a moins d'une explosion du nombre de naissances à Bruxelles. Vous savez donc ce qu'il vous reste à faire...

    sok.jpg

    ANTE GLADIUM ALII LEVITATE PENNA ET HUMOREM