Vivre à Haren

  • Un nouveau fritkot à Haren?

    fritkot cornet b.jpg

    Rénover les fritkots situés sur le territoire de la Ville de Bruxelles en leur donnant une identité reconnaissable, c'était là le but du concours d'architecture lancé par l'échevine du commerce et l'échevin de l'urbanisme.

    Les lauréats de ce concours sont connus depuis ce 18 janvier, le projet retenu est celui d’un Gantois et d’un Liégeois originaire d’Eupen, Morris Vandenberghe et Thomas Hick du bureau d’architecture « Studio Moto ». Ensemble, ils ont imaginé un fritkot convivial, simple, fonctionnel, facilement identifiable et s’intégrant parfaitement dans le tissu urbain bruxellois.

    fritkot01.jpgC’est après avoir reçu successivement les 52 candidats et au terme d’une journée de délibération, que s’est prononcé le jury du concours d’architecture, composé des deux échevins bruxellois Geoffroy Coomans de Brachène et Marion Lemesre, du Président de l’Union Nationale des Frituristes (Unafri) Bernard Lefèvre, de l’architecte et professeur à l’Université Libre de Bruxelles Francis Metzger ainsi que de représentants de l’administration.

    Les candidats ont été évalués sur base de trois critères primordiaux :

    • L’identité (caractère iconique, adaptable en fonction de la spécificité des différents fritkots)
    • La fonctionnalité (pratique et ergonomique),
    • L’intégration (dans le tissu urbain).

    De forme simple et épurée, l’objet, de par sa taille et sa superficie, s’implante parfaitement dans le tissu urbain. Son revêtement réfléchissant en aluminium poli favorise le dialogue avec son contexte ; ainsi, par un jeu de réflexions, les abords se trouvent changés au gré des passages et c’est en se déplaçant autour du volume que celui-ci se dessine. Ce matériau, résistant et facile d’entretien, permettra également de venir à bout des détériorations liées aux actes de vandalisme.

    Enfin, le fritkot est couronné par une enseigne lumineuse unique. Chaque frituriste aura l’autonomie de la confectionner lui-même afin de garder son identité propre.

    Les étapes suivantes:

    • Début 2018 : lancement du marché pour la confection du cahier des charges nécessaire à la mise en oeuvre des fritkots

    • Fin 2018 : introduction des demandes de permis d’Urbanisme.

    • Début 2019 : lancement du marché pour la mise en oeuvre (désignation de l’entrepreneur qui réalisera les travaux).

    • 2019 : réalisation des fritkots.

    Enfin, cela c'est la théorie vu qu'il y aura des élections fin 2018 et qu'il n'est donc pas certain que la même majorité soit en place, et, nous sommes en Belgique...

    Une fois le projet réalisé, les fritkots seront mis en concession/location. Y aura-t-il un candidat sérieux pour la reprise du fritkot situé au coin de la rue de Verdun et du Houtweg?

    fritkot02.jpg

    sok.jpg

  • Drink de Nouvel An du Comité

    drink.jpg

    N'oubliez pas de noter dans vos agendas ce vendredi 19 janvier!

    Année après année une belle occasion de se rencontrer. Venez surtout découvrir les nouvelles dynamiques. De 18h à 21h à la maison de quartier: entrée libre, boissons et en-cas compris, convivial comme Haren.
    Invitez vos voisins!

    voeux-Haren-2018.png

     
    Avec le soutien du Bourgmestre !

    sok.jpg

  • Cap des 100000

    mur creux 100000.jpg

    Ce 7 janvier, les vidéos de HARENtv franchissaient le cap symbolique des 100000 visionnages.

    Cela peut sembler peu au regard de ce que font certains Youtubeurs, mais il faut rappeler que HARENtv s'adresse essentiellement à une population de 5000 harenois (de tous âges), et encore, tous ne sont pas francophones.

    Parmi tous les reportages diffusés, certains dépassent quand même les 6000 vues (+ de 6900 pour un sujet sur le terrain pour les gens du voyage).

    On ne va certainement pas s'arrêter en si bon chemin!

    www.harentv.net

    sok.jpg

  • Meilleurs Voeux

    2018.png

    Je vous souhaite le meilleur pour l'année qui vient

    sok.jpg

  • Fiat Lux

    lux03.png

    lux05.pngComme chaque année, c'est à l'initiative individuelle des habitants que notre village revêt un caractère festif en cette période de l'année. Chaque rue de Haren compte plusieurs façades éclairées aux accent des fêtes de fin d'année.

    Si ceux qui possèdent un jardinet en façade peuvent libérer leur créativité, ceux qui sont en appartement, même à l'étage, ne sont pas en reste.

    lux04 b.jpg

    lux02.pngMais saviez vous que l'usage de décorations lumineuses en cette période de l'année est en fait issu d'une tradition païenne venue de Scandinavie. Il était en effet de tradition en ces pays nordiques de "briser" l'obscurité des jours les plus courts de l'année lors d'une fête des lumières (cette fête existe toujours en Suède, le 13 décembre, jour de la Sainte Lucie). Ce n'est pas une tradition chrétienne, même si elle est plus ou moins récupérée.

    Et oui, même si la température de ces derniers jours nous l'ont fait oublier, nous venons de passer le solstice d'hiver; les jours vont petit à petit se rallonger!

    sok.jpg

  • Le stade sous eaux

    eurostadium01 65.jpg

    Nouveau coup dur pour le projet de stade national, le futur président du club d'Anderlecht n'envisage nullement d'en devenir le club résident.

    C'était pourtant une des conditions de la viabilité du projet, très cher à l'échevin des sports Alain Courtois, mais surtout très cher pour les bruxellois donc pour les harenois.

    En effet, la Ville, qui cèderait pour 1 euro symbolique le terrain du parking C du Heyzel, s'engage auprès du promoteur à louer le futur stade pour 4 millions d'euros par an, et au bout de 99 ans à le racheter pour un montant équivalent à 80 % du prix du marché. Mais en plus, la Ville se prive ainsi des recettes de location de l'actuel stade Roi Baudouin ainsi que des taxes sur la billetterie puisque le parking C se trouve sur le territoire de Grimbergen!

    Et en plus, on apprends que la Ville et la Région se sont entendues pour financer à concurrence de 160 millions la construction d'un nouveau parking en remplacement du parking C. Et pourtant, Alain Courtois persiste à dire qu'il n'y a pas d'argent pour mettre le stade Roi Baudouin aux normes!

    heyzel sat b 650.jpgLe soi-disant stade national sera exclusivement dédié au football, contrairement au stade Roi Baudouin qui est "multisport". Mais au delà du stade que tout le monde connait, c'est l'ensemble des terrains sportifs du plateau du Heyzel qui sont voués à disparaître au profit des promoteurs du projet Neo. Il y a là des terrains utilisés par des clubs bruxellois pour s'entraîner ou pour leurs compétitions. Terrains de football, piste d'athlétisme, salle et terrain extérieur pour le tir à l'arc, pistes de pétanque intérieures et extérieures, terrains de tennis, salle pour la pratique de handisport... sans oublier la "Maison de Verre" de l'Union Belge de Football et le siège du COIB.

    Il y a bien un "sport parc" prévu en contrepartie, mais bien plus modeste que ce qui existe en ce moment qui suffit à peine à combler les besoins des clubs.

    sok.jpg

  • Communiqué du Comité de Haren

    keelbeek pont bar.jpg

    Voici un communiqué du Comité de Haren que nous vous livrons in extenso:

     

    Prisons en partenariat-public-privé :

    La mégaprison de Bruxelles est officiellement un projet ruineux !

     

    La Cour des comptes française demande de bannir les prisons PPP

    Charles Michel veut les multiplier et refuse deux audits de la Cour des comptes belge

     

    Ce 13 décembre 2017, la Cour des comptes française a remis un rapport accablant sur les Partenariats-Publics-Privés (PPP) dans la politique immobilière de la Justice. Les PPPs carcéraux sont principalement visés. Cette analyse vient appuyer les critiques sur la gestion calamiteuse du projet de mégaprison de Bruxelles/Haren, déjà présentés dans le document « genèse d'un crime »1.

     

    Tout y passe : les hypothèses initiales favorisant les PPP sont peu réalistes, le manque de transparence sur les coûts, l'absence de données chiffrées, la fausse complexité des projets qui sont dus à la technicité obscure des contrats PPP et pas aux projets de construction eux-mêmes, les surcoûts exorbitants lors des modifications de contrats ou travaux intercurrents, etc. Au final, les PPPs s’avèrent être plus chers et moins efficaces que les marchés classiques.

     

    Du point de vue budgétaire, l’Etat a choisi des entreprises qui empruntaient à 6% des projets qu’il pouvait lui-même financer à 1,31%2. L’effet cumulé des différents contrats fait boule de neige, au point que : « Le ministère de la justice se trouve confronté à une équation budgétaire redoutable en matière immobilière en raison des défaillances de la programmation, de besoins à venir considérables et du risque d’impasse budgétaire. »3

     

    C’est précisément ce que les opposants à la mégaprison de Bruxelles à Haren dénoncent depuis 7 ans, en se basant sur les rapports de la Cour des comptes belge. Le choix du financement PPP de ce qui se voulait être la plus grande prison du pays était injustifiable.

     

    Dans son rapport du 21 décembre 2011, la Cour y relevait :

    • l’absence d’études préalables suffisantes concernant la décision de principe du gouvernement de choisir la formule du Partenariat Public-Privé (PPP), en particulier l’absence du test de la plus-value de ce choix par rapport à un financement classique,

    • et la difficulté d’évaluer les coûts liés à la future prison de Haren.

    En 2015, dans ses commentaires relatifs au budget fédéral 2015, la même Cour des comptes de notre pays tirait à nouveau le signal d’alarme : « les crédits prévus pour payer les redevances DBFM (Design, Build, Finance and Maintain) des prisons de Marche, Beveren et Leuze et la redevance du CPL de Gand ne seront sans doute pas suffisants alors que ces établissements sont en sous-capacité, à l’heure actuelle”, “le coût réel de la prison de Haren reste inconnu, alors que les étapes déjà réalisées des Masterplans semblent ne pas pouvoir être financées entièrement ».

     

    La Cour des comptes belge n’avait ni le recul ni les informations pour évaluer l’impact de ces PPPs sur l’usage correct des deniers publics. Elle tirait la sonnette d’alarme. La Cour des comptes française, observant l’expérience outre-Quiévrain, tire un bilan clair, net, précis : il faut bannir les PPP carcéraux.

     

    En Belgique, l’opposition à la Chambre a déposé le 11 janvier 2016 une proposition de résolution demandant de confier à la Cour des comptes la réalisation de deux audits pour faire la clarté sur les PPPs carcéraux. Il s’agit du document 54K15684, qui est toujours pendant. A ce jour, le MR et la NVA ont refusé toute avancée sur ce sujet pourtant essentiel pour la Justice.

     

    Vous avez dit, « goed bestuur », « bonne gestion », « transparence » ?

     

    L’impasse budgétaire, sécuritaire, sociale et environnementale que constitue le projet de mégaprison peut toujours être évitée. Le rapport de la Cour des comptes française sur l’impact catastrophique des PPP carcéraux sur le budget de la Justice constitue un nouveau signal, qui ne peut pas être négligé.

     

    Quelle est la situation en Belgique ? Quelle part les annuités de remboursements des contrats PPP vont-elles constituer dans le budget de la Justice déjà excessivement rachitique ? Le gouvernement Michel prévoit 8 nouveaux projets carcéraux en PPP, ce qui rend encore plus pressante la nécessité des audits demandés dans la proposition de résolution 54K1568.

     

    Tout retard dans la réalisation de cette analyse, qui devrait être confiée à la Cour des comptes, pèsera sans nul doute sur la responsabilité des membres des gouvernements qui auraient décidé d’engager l’Etat dans des contrats complètement déséquilibrés. Faut-il que l'intérêt financier des multinationales aux pratiques douteuses Macquaries, Denys et PPP Infrastructure Investment, principales bénéficiaires du projet de PPP de la mégaprison de Bruxelles-Haren, passe avant l'intérêt public, celui de l'Etat comme des citoyens ? Le gouvernement Michel doit se prononcer, les preuves évidentes et factuelles des lacunes et problèmes rédhibitoires posés par les PPPs carcéraux étant désormais documentées.

     

    Contacts :

    Jean Baptiste Godinot – 0488 200 175

    Laurent Moulin – 0499 030 901

    logocomite.png

    sok.jpg

  • On ne les entendra plus

    sirene01 650.jpg

    On en avait l'habitude, chaque premier jeudi du mois, vers midi, retentissaient les sirènes d'alerte Seveso pour un essai. Ce réseau de sirènes avait été mis en place en 1976 suite à la catastrophe chimique de la ville italienne. Il avait pour but d'avertir les personnes se trouvant dans le périmètre d'une usine pouvant présenter un risque.

    bealert02.jpgSeulement l'entretien de l'ensemble des sirènes coutait 420000€ par an (sans compter le personnel). Dès 2018, elles ne seront plus entretenues, les autorités préfèrent à présent utiliser le système Be Alert (par SMS) ainsi que les réseaux sociaux. L'an prochain, les essais de sirènes se feront tous les trois mois conjointement au système Be Alert, et elles devraient se taire définitivement en 2019.

    bealert01.jpg

    sok.jpg

  • L'enfer blanc

    64 neige 650.jpg

    neige boule.pngSi pour les enfants, l'arrivée de la neige est synonyme de bataille de boules de neiges, pour les usagers de la STIB, l'apparition des premiers flocons ressemble à l'enfer.

    Ainsi, dès ce lundi matin, un bus 64 s'est retrouvé bloqué pendant plus de trois heures au croisement de la rue Cortenbach et de la rue du Pré aux Oies. Conséquence: tous les bus en direction de la Porte de Namur étaient détournés via le boulevard de la Woluwe et la chaussée de Haecht, les arrêts Witloof, Twyeninck, Cortenbach, Haren-Sud et Biplan n'étaient donc plus desservis (ce qui n'était pas le cas vers Machelen).

    64 neige ânneau.jpg64 neige réseaux.jpgLe problème vient de la communication de la société de transport qui ni via les écrans aux arrêts, ni via les applications mobiles, ni même via son compte Twitter n'a informé les usagers de cette situation. Des voyageurs ont attendus en vain de longues minutes dans le froid alors que les panneaux d'affichage électroniques leur annonçait l'arrivée d'un bus avant qu'il ne disparaisse de l'écran!

    Sur ce, je vous laisse, je doit atteler mon renne à mon traineau!

    Photos: Fabienne Delchevalerie et HARENtv

    sok.jpg

     

  • Nouvelle offre

    train03.jpg

    Bonne nouvelle pour la mobilité à Haren, dès ce dimanche 10 décembre, la SNCB va renforcer son offre.

    train05.jpgConcrètement, pour la ligne 36, qui dessert Haren-Sud, il y aura deux trains supplémentaires en début et en fin de journée.

    train02.jpgConcernant la ligne 26, il y aura un train supplémentaire par heure les jours de semaine, mais le changement le plus important, c'est qu'il y aura enfin des trains les week-end et jours fériés à raison d'un convoi par heure.

    train01.JPGVous pouvez télécharger les brochures horaires de ces lignes en cliquant sur les liens suivant:

    Brochure horaire ligne 26

    Brochure horaire ligne 36

    sok.jpg