Culture et loisirs

  • La gardz eobe de Julien

    toots manneken.jpg

    Pour un ketje qui est toujours le tich à l'air, Julien a une sacré garde robe.

    Le 4 février 2017 s'ouvre la GardeRobe MannekenPis. Jusqu'alors conservée à la Maison du Roi sur la Grand-Place, le dressing de la célèbre statuette est déménagée au n°19 de la rue du Chêne, à deux pas de la fontaine.

    Une sélection représentative de plus d'une centaine de costumes est présentée en sept thèmes : géographie, folklore, bienfaisance et associations citoyennes, métiers, personnalités et personnages, sports et stylistes. Les habillages de la sculpture, dont la tradition remonte au 17e siècle, sont un élément toujours bien vivant du folklore bruxellois.

    Au fait, davirz-vous que l'ancien habikkeur de Manneken Pis habitait Haren?

    sok.jpg

  • Expo en boule

    sabena01.jpg

    Jusqu'en septembre 2017, l"Atomium accueille une exposition consacrée à la SABENA. Quel rapoort avec Haren me demanderez-vous. Et bien, cette compagnie a&rienne a vu le jour dans notre village.

    sabena02.jpgC'est en effet en automne 1914 que l'occupant prussien a choisi le Harenheideveld pour y installer une base pour Zeppelins qui deviendra l'aérodrome. Quelques années après la guerre, le 23 mai 1923 naissait à Haren la SABENA. En réalité, son premier vol commercial n'aura lieu que le 1 avril 1924 et reliait Rotterdam à Strasbour

    sabena05.jpgPetit retour en arrière: c'est en effet à l'aérodrome de Haren (souvent appelé erronément Evere) que la SABENA a vu le jour. C'est en automne 1914 que les allemands choisissent le site de Haren pour y baser leurs dirigeables afin de bombarder Paris. En 1915 ils y construisent un immense hangar que les britanniques s'empressent de bombarder, détruisant le zeppelin LZ-38. Les allemands retirent alors leurs dirigeables pour les déployer sur le front de l'est.

    av05.jpgLa guerre terminée, il ne reste qu'un hangar regorgeant d'avions confisqués à l'armée allemande. C'est ce matériel qui servira aux débuts de l'aviation civile et militaire belge. En 1919, la SNETA (Syndicat National pour l'Etude du Transport Aérien) organise un vol d'essai avec 2 passagers sur le trajet Londres-Paris-Bruxelles en 7h30. Elle utilise pour ce faire un bombardier allemand reconverti. Le billet coûtait 250 francs de l'époque; à titre de comparaison, un repas dans un excellent restaurant coûtait 5 francs.

    sabena04.jpgGeorges Nelis fonde en 1920 la SABCA (Société Anonyme Belge de Construction Aéronautique), société toujours active à Haren. Des hangars à avion des débuts sont encore visibles au 1470 de la chaussée de Haacht.

    sabena03.jpgLa SABENA (Société Anonyme Belge pour l'Exploitation de la Navigation Aérienne) est fondée en 1923 et reprend les activités civiles de la SNETA. Son premier hangar est en bois et les passagers doivent parcourir le kilomètre qui sépare le terminus du tram (situé à Evere) de l'aéroport à pied ou à vélo. L'appel des passager pour l'embarquement se faisait à l'aide d'une cloche. Dès 1924 un nouvel aérogare est construit et en 1928 un bâtiment magnifique appelé l'Avia Palace. Ce bâtiment est resté en place jusqu'à ce que les autorités ne décide sa démolition pour faire place au nouveau siège de l'Otan. Il méritait pourtant d'être classé.

    av02.jpgA la fin de la seconde guerre mondiale, la piste de Haren s'avère trop courte pour les avions de l'époque. Le ministère de la défense autorise alors le décollage des DC4 de l'aéroport militaire de Melsbroeck (construit lui aussi par les allemands). Mais les hangars de maintenance sont encore situés à Haren. On assiste alors à un spectacle peu commun: les avions empruntent la route qui relie les deux aérodromes (qui deviendra le boulevard Léopold III). Les avions avaient la priorité sur les autres véhicules et le code de la route adopte même de nouveaux panneaux: "DANGER AVIONS - GEVAAR VLIEGTUIGEN". En 1949, les dernières compagnies aériennes quittent définitivement Haren.

    De nos jours, Haren reste liée à l'aviation, et je ne parle pas que des avions qui survolent quotidiennement notre entité à basse altitude. La SABCA y est toujours active, EUROCONTROL y a son siège de même que le consortium BELAIRBUS avant de déménager à Waterloo. Plusieurs sociétés de fret aérien y ont leurs bureaux. La liaison directe vers Brucargo via la chaussée de Haecht ou vers l'aérogare via le boulevard Léopold III n'y est probablement pas étrangère.

    sok.jpg

  • Sortie sur rails

    trw01.JPG

    Si vous cherchez comment occuper vos jours de congé, je vous suggère si vous ne l'avez pas encore fait, de visiter TRAIN WORLD à la gare de Schaerbeek, à un jet de pierre de Haren.

    trw02.JPGLe 5 mai 1835, le premier train circulait sur le continent européen entre Bruxelles et Malines (en passant par Haren!). La Belgique, sous l'impulsion de Léopold I se montrait ainsi pionnière en matière de transport ferroviaire. Le patrimoine conservé au il du temps par des passionnés était jusqu'à présent dispersé sur différents sites de la SNCB et rarement visible par le public. D'où l'idée de créer un musée.

    trw03.JPGLe choix du site n'est pas innocent, la gare de Schaerbeek est la dernière de la région bruxelloise à être restée "dans son jus" (1887 pour la plus ancienne partie et 1920 pour la plus récente) et se trouve sur le trajet de cette première ligne continentale!

    Voir, entendre, sentir!

    trw04.JPGTRAIN WORLD n'est pas qu'un simple musée. Au fil d'une scénographie imaginée par François Schuiten, l'histoire de ce mode de transport essentiel se dévoile et pas uniquement au travers du matériel roulant, c'est un véritable voyage dans le temps et dans l'espace. On apprend ainsi dans de cette salle des horloges qu'avant le chemin de fer, chaque ville vivait  sa propre heure et que c'est la nécessité de respecter des horaires qui a unifié l'heure en Belgique!

    trw05.JPGMais au travers de projections, éclairages changeants, décors sonores cette visite est une expérience unique! On peux toucher, essayer, monter dans le poste de conduite de locomotive (et faire sonner le sifflet) ou encore s'essayer à la conduite sur un des deux simulateurs!

    trw06.JPGvedettes" comme la "Pays de Waes" de 1844 (la plus ancienne), la Type 10 "Pacific" (la plus puissante), la Type 12 "Atlantic" (la préférée de Schuiten) ou encore ces voitures des deux trains royaux.

    trw07.JPGEn chiffres, ce sont pas moins de 1250 objets exposés dont 22 de matériel roulant (il a fallut faire un choix parmi le patrimoine de la SNCB) et 64 projections. Le coût du projet est de 25 millions d'euros!

    Un audio-guide pourra être téléchargé gratuitement sur tablette ou smartphone, d'autre part, TRAIN WORLD a édité un magnifique catalogue (15€).

    trw08.JPGJ'ai eu le privilège de visiter ce musée en avant-première, mais j'y retournerai certainement.

    Train World sera inauguré ce 24 septembre par le Roi Philippe et ouvert au public dès le 25 septembre.

    TRAIN WORLD est ouvert du mardi au dimanche de 10 à 17 heures (fermé les lundis, le 1 janvier et le 25 décembre)

    sok.jpg

     

  • Haren vu par ses habitants

    rollei01.JPG

    Vous possédez certainement un appareil photo, ne fut-ce que sur votre téléphone portable. C’est pourquoi il a été décidé de lancer « Haren vu par ses habitants ». Concrètement vous nous envoyez vos clichés pris à Haren, dans un premier temps, ceux)ci seront publiés sur une page web dédiée (Haren vu par ses habitants) puis un jury en sélectionnera (12 minimum) qui feront l’objet d’une exposition lors du week end « Haren en Fète » à la fin du mois d’avril 2017. Les auteurs des clichés sélectionnés seront avertis personnellement et seront invités au vernissage. A la fin de l’exposition, ils recevront un tirage de leur cliché.


    rollei02.JPGChacun peut envoyer autant de photos qu’il le souhaite, tous les thèmes peuvent être abordés tant que les photos sont prises à Haren.


    Les clichés sont à envoyer en pièce jointe (maximum 5Mo) avant le 17 avril 2017 par courriel à harenvision@hotmail.com avec vos nom, prénom, adresse complète et numéro de téléphone.

    A vos objectifs!

    castrum neige.jpg

    sok.jpg

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

  • Nouvelle toile

    wcine09.jpg

    Alors que ces dernières années, on a vu bon nombre de salles disparaitre, un nouveau cinéma  vient d’ouvrir à deux pas de Haren.


    wcine07.jpgWhite Cinéma (tel est son nom) est un complexe de huit salles moyennes qui prend place dans le nouveau centre commercial Docks Brussels à coté du pont Van Praet. La volonté de ses promoteurs est d’offrir un meilleur confort pour les spectateurs. Ainsi, les sièges sont plus grands et plus espacés et ceux du premier rang sont inclinés et bénéficient de reposes pieds. Il y a aussi des sièges "duo" pour les couples et même "trio"...  Les snacks proposés ainsi que leurs emballages ont été choisis pour ne pas faire de bruit. Il devrait aussi y avoir moins de pubs pour davantage de bandes-annonces.


    On Nous promet une programation alternative, ce qui ne nous semble pas être le cas pour cette première semaine puisqu’on y retrouve « Bridget Jones Baby », « Inferno »  ou encore « La fille inconnue ».


    Reste que le prix de base des places est plus élevé que dans les complexes UGC ou Kinepolis (pourtant déjà fort chers): 12,50 euros mais sans supplément pour les films longs et/ou en 3D.

    wcine02.jpg

    sok.jpg