Vivre à Haren - Page 2

  • Baroud d'honneur

    hiver01.jpg

    Il nous avait gratifié d'un mois de février ensoleillé mais particulièrement froid, et comme pour saluer son départ avant le retour de températures plus clémentes, voici que le bonhomme hiver nous envoie (enfin) un peu de neige!

    hiver02.jpgMais sur Bruxelles, il a choisi de le faire à l'heure de pointe, ce qui n'a pas été sans conséquences pour les navetteurs, quel que soit leur mode de transport; il y a même eu 130 vols annulés à Zaventem!

    A Haren, comme j'ai pu le constater, l'épandage des rues principales comme la rue de Verdun a eu lieu très tôt (parfois même avec deux passages) contrairement aux rues secondaires dont certaines n§ont été traitées qu'après 20 heures.

    Enfin, autre conséquence des conditions climatiques, le concert prévu ce vendredi soir au Toogenblik a été annulé!

    sok.jpg

  • Ou est l'Etat de droit?

    keelbeek pont bar.jpg

    C’est parti. Les premiers arbres ont été coupés, le terrain du Keelbeek est à nouveau surveillé et ce alors que l’ensemble des recours lancés par des citoyens ne sont pas encore épuisés.

    Cela n’est pas sans rappeler les événements de septembre 2015 durant lesquels la police dégagea manu militari les occupants du site au moment où était plaidée la cause de celui-ci devant le tribunal qui déclara quelques jours plus tard l’action de la police illégale.

    On pourrait être confronté cette fois encore au même cas de figure, l’état n’ayant pas laissé le temps à la justice de trancher. La politique du fait accompli se substituant à la loi du plus fort, cela semble devenir une habitude.

    Mais ce ne sont pas là les seules errances d’un gouvernement qui semble se préoccuper davantage de quelques intérêts financiers plutôt que des avis non seulement des Harenois mais aussi d’une grande part du corps de la magistrature, des experts en matière carcérale et même d’une partie de la police.

    cafasso01.jpgAinsi, sur le panneau d’avis de début des travaux figure le nom de Cafasso NV , un consortium dont les statuts n’ont toujours pas été rendus publics.

    Un marché public a donc déjà été octroyé à une personne juridique inconnue.

    Mais cela ne s’arrête pas là, le contrat lui non plus et malgré les nombreuses requêtes de certains parlementaires est non publié.

    Le gouvernement s’engage donc dans des travaux dont personne ne peut déterminer le montant et ce malgré les mises en garde de la Cour des Comptes.

    Ce que l’on sait par contre, c’est que ces travaux seront menés sous un montage appelé partenariat public privé (PPP) qui permet au consortium d’engranger les bénéfices de la « location » de la prison à l’état laissant à ce dernier une grande partie des risques. Une nouvelle socialisation des pertes et privatisations des profits mais cela devient habituel.

    Ces contrats ont montré leur nuisance. Leur coût est bien souvent trois fois supérieur à celui d’un investissement direct réalisé par une entité publique. En ces périodes de restrictions budgétaires, on aurait pu espérer que l’état gère en bon père de famille. Ce ne sera pas le cas.

    De nombreuses personnalités politiques dans d’autres pays européens ont pourtant déjà à ce propos tiré la sonnette d’alarme ainsi que la Cour des Comptes de notre pays qui met en garde contre l’utilisation de ce mécanisme. Mais de ces avis autorisés l’état belge à nouveau ne tient pas compte.

    Pire le gouvernement a été jusqu’à interdire un audit de cette technique de financement.

    Au sein de ce consortium, outre la société de construction basée à Gand : Denys, se profilent des groupes financiers puissants comme la BNP Paribas Fortis et l’australien Macquarie Group spécialisé en financement d’infrastructures.

    Leur modèle économique est bien rodé et inspiré de ce qui se passe depuis des décennies aux Etats Unis. Ils s’assurent d’obtenir une garantie de payement pour l’ensemble des cellules qu’elles soient occupées ou non, poussant ainsi à la maximisation de la taille de la prison et à l’ « optimisation » de son taux d’occupation. Alors que tous les experts en matière carcérale s’accordent à dire que la taille optimale d’une prison est de 300-400 occupants, c’est bien d’une maxi prison dont on parle à Haren qui comprendra 1.190 cellules.

    Le but, on l’aura compris, n’est pas de doter la Belgique d’une nouvelle prison, alors que dans le même temps de nombreux états européens ferment certaines d’entre elles comme aux Pays Bas ou en Suède, ni même de renouveler le parc de celles-ci, la prison de Saint Gilles pouvant être rénovée à bien moindre coût mais d’offrir un cadeau à des intérêts financiers avec, comme on peut l’imaginer, si l’on se réfère aux trop nombreuses affaires Publifin, Orès, le Samu social,…, Gial quelques retours sur compromission pour certaines personnalités politiques.

    Des citoyens attentifs, des riverains, des associations plaident depuis longtemps pour que ce projet qui ne peut être compris que comme un projet financier, soit reconsidéré.

    Outre les recours pendants devant les autorités belges, ils sont contraints également de s'adresser aux instances européennes afin de de mettre en avant le déni de démocratie d’un état qui se prévaut d’être légitime.

     

    Signataires :

    François Licoppe, Elisabeth Grimmer, Isabelle Hochart, Jean Baptiste Godinot, Laurent Moulin, Bibiane Bolle, Daphnis Bockstael, jérôme Pelenc, Valentine Julien, Ana Navarro, Aya Tanaka, Guilmain Stéphanie, Fabienne Vandereyken

    Comité de Haren, Observatoire international des Prisons - section belge, La Ligue des Droits de l'Homme, Respire ASBL, SolidHaren ASBL

    cafasso02.jpg

    sok.jpg

  • Etes-vous aware?

    jcvd01.jpg

    Si toi aussi tu veux rencontrer un grand philosophe, tu auras peut-être cette chance dans les prochaines semaines.

    jcvd02.jpgNotre JCVD (Jean-Claude Van Damme) national devrais en effet dans les prochaines semaines venir tourner quelques scènes d'un film dans la commune voisine d'Evere (peut-être rendra-t-il même visite au Décathlon et au Quick de Haren et non pas d'Evere!).

    Les dates et localisations exactes sont encore tenues secrètes.

    Entre Hollywood et Evere un grand écart pour cet éminent penseur? Pas tant que cela puisqu'il est né à Berchem Sainte Agathe en ... 1960 (est-il toujours aussi souple à 58 ans?).

    Et n'oubliez pas une de ces célèbres citations:

    "Quand j'étais jeune, j'étais très con. Je suis resté très jeune!"

    sok.jpg

  • Ca va roller

    skate.jpg

    Rollers, skate board et trotinettes, cette info vous concerne. Il y a quelques mois, le roller park géré par l'a.s.b.l. Planet Park à Anderlecht devait fermer ses portes. Mais les responsables n'ont pas baissé les bras et ont activement cherché un nouveau lieu qui pourrait répondre à la demande. Et c'est à Haren qu'il l'ont trouvé, plus précisément au 1385 de la chaussée de Haecht.

    Le secret a été gardé jusqu'à la veille de l'ouverture ce samedi 3 février. Si la superficie est plus ou moins la même qu'à Anderlecht, le plafond culmine ici à 10 mètres contre 6 dans l'espace précédent ce qui rend le lieu encore plus impressionnant.

    Je ne manquerai pas de faire une visite de ce nouvel espace pour vous en rendre compte, mais je ne crois pas que je me risquerai sur des rollers ou un skate.

    sok.jpg

  • Manneken Pis en deuil

    toots manneken.jpg

    Vous l'ignoriez peut-être, mais celui qui était l'habilleur officiel de Manneken Pis résidait à Haren (Harenberg). Je dois malheureusement parler de lui au passé car ce 2 février Jacky Stroobants nous a quitté à l'âge de 75 ans.

    Pour ceux qui voudraient lui rendre hommage, la messe de funéraille aura lieu ce samedi 10 février à 10 heures en l'église Sainte-Elisabeth. Les cendres trouveront ensuite leur place dans le columbarium du cimetière de Haren.

    sok.jpg

  • Les perdus se retrouvent au Botanique

    IMG_1137.JPG

    Il vous est certainement déjà arrivé d'oublier un objet dans un bus ou un tram. Jusqu'à présent, pour retrouver l'objet perdu, la STIB les centralisait à la station Porte de Namur. Depuis ce lundi 29 janvier, ce service a déménagé à la station Botanique.

    L’an dernier, plus de 8.450 objets égarés dans les stations et véhicules de la STIB ont atterri au bureau des objets trouvés, où ils ont été triés et répertoriés dans l’espoir de pouvoir être remis à leur propriétaire. En réalité, le nombre d’objets trouvés sur le réseau est beaucoup plus important – environ 16.000 chaque année – mais tous ne sont pas répertoriés. Il s’agit des denrées alimentaires périssables (qui ne sont pas conservées) et des objets trop courants ou difficiles à répertorier individuellement, comme des bonnets, des gants, des écharpes…

    Les objets « classiques » (gants, écharpes…) sont gardés 8 semaines. Les objets d’une plus grande valeur ou facilement identifiables (portefeuilles, clés, lunettes, mais aussi doudous !) sont eux gardés plus longtemps (3 mois) et les équipes de la STIB tentent toujours d’en rechercher pro activement les propriétaires. Près de 30% des objets retrouvent leur propriétaire. Les autres sont donnés à différentes associations.

    Si les sacs, cartes MOBIB, portefeuilles, classeurs et téléphones portables font partie des objets les plus couramment perdus sur le réseau, les collaborateurs du bureau des objets trouvés sont aussi parfois confrontés à des objets plus « insolites », comme une toge d’avocat, un écran plasma, une prothèse de jambe, une trompette, …

    Objet perdu ou trouvé ? Que faire ?

    Les voyageurs qui trouvent un objet perdu ou oublié sur le réseau sont invités à le remettre à un membre du personnel de la STIB, qui le transmettra au bureau des objets trouvés. Les voyageurs qui ont perdu ou oublié un objet sont invités à remplir le formulaire disponible sur le site internet de la STIB (stib.brussels – La STIB – Contactez-nous – Objets trouvés) ou à contacter le service à la clientèle au 070/23.2000 ou via la page Facebook ou Twitter de la STIB. La STIB les recontactera dès que l’objet aura été retrouvé. Ils pourront alors se présenter au bureau des objets perdus où, sur présentation de leur carte d’identité et après paiement de 5 euros de frais administratifs, ils pourront récupérer leur bien.

    Le bureau des objets trouvés est ouvert tous les lundis et mercredis, de 12h à 18h. Il se trouve au -2 à Botanique (en face de l’œuvre d’art en forme de roue).

    sok.jpg

  • Close rencontre

    police lanterne.jpg

    close01.jpgC'est dans l'air du temps, pour être informé, il faut compter sur des fuites! C'est ainsi que notre bourgmestre propose aux harenois une rencontre citoyenne pour discuter de la sécurité et de la convivialité de notre quartier. A cette rencontre devraient également être présents le chef de corps de la zone de police de Bruxelles Capitale Ixelles et la directrice de l'a.s.b.l. de prévention BRAVVO.

    agents03.jpgSeulement voila, cette invitation, peu de harenois l'ont reçue, et seule une "fuite" m'en a informé!

    agents04.JPGDans le texte de l'invitation une phrase me laisse penser que notre bourgmestre a des dons de spiritisme: "Ce sera aussi l'occasion de rencontrer ces agents qui travaillent au quotidien à votre sécurité et à la convivialité du quartier." Philippe Close aurait-il le pouvoir de faire apparaître des fantômes???

    réunion sécurité.jpgLa rencontre est prévue ce

    • lundi 29 janvier à 19 heures
    • à la Maison de Quartier
    • rue Cortenbach, 11

    agents02.jpg

    sok.jpg

  • Réception du Comité

    vcom01.png

    vcom02.pngC'est bien de saison, et le Comité de Haren n'a pas dérogé à la règle, ce 19 janvier il invitait les habitants à un drink pour présenter ses voeux pour l'an neuf.

    vcom03.pngPetite innovation cette année, ce n'est pas le président qui a prononcé le discours, mais deux jeunes membres (en français et en néerlandais).

    vcom04.pngCurieusement, en cette année électorale, seuls trois conseillers communaux avaient répondu à l'invitation. Le bourgmestre a fait une apparition tardive en coup de vent, mais c'est vrai qu'entre les différents départements de son administration et les nombreuses a.s.b.l. et autres intercommunales, il doit courir d'une réception à l'autre.

    sok.jpg

  • Un nouveau fritkot à Haren?

    fritkot cornet b.jpg

    Rénover les fritkots situés sur le territoire de la Ville de Bruxelles en leur donnant une identité reconnaissable, c'était là le but du concours d'architecture lancé par l'échevine du commerce et l'échevin de l'urbanisme.

    Les lauréats de ce concours sont connus depuis ce 18 janvier, le projet retenu est celui d’un Gantois et d’un Liégeois originaire d’Eupen, Morris Vandenberghe et Thomas Hick du bureau d’architecture « Studio Moto ». Ensemble, ils ont imaginé un fritkot convivial, simple, fonctionnel, facilement identifiable et s’intégrant parfaitement dans le tissu urbain bruxellois.

    fritkot01.jpgC’est après avoir reçu successivement les 52 candidats et au terme d’une journée de délibération, que s’est prononcé le jury du concours d’architecture, composé des deux échevins bruxellois Geoffroy Coomans de Brachène et Marion Lemesre, du Président de l’Union Nationale des Frituristes (Unafri) Bernard Lefèvre, de l’architecte et professeur à l’Université Libre de Bruxelles Francis Metzger ainsi que de représentants de l’administration.

    Les candidats ont été évalués sur base de trois critères primordiaux :

    • L’identité (caractère iconique, adaptable en fonction de la spécificité des différents fritkots)
    • La fonctionnalité (pratique et ergonomique),
    • L’intégration (dans le tissu urbain).

    De forme simple et épurée, l’objet, de par sa taille et sa superficie, s’implante parfaitement dans le tissu urbain. Son revêtement réfléchissant en aluminium poli favorise le dialogue avec son contexte ; ainsi, par un jeu de réflexions, les abords se trouvent changés au gré des passages et c’est en se déplaçant autour du volume que celui-ci se dessine. Ce matériau, résistant et facile d’entretien, permettra également de venir à bout des détériorations liées aux actes de vandalisme.

    Enfin, le fritkot est couronné par une enseigne lumineuse unique. Chaque frituriste aura l’autonomie de la confectionner lui-même afin de garder son identité propre.

    Les étapes suivantes:

    • Début 2018 : lancement du marché pour la confection du cahier des charges nécessaire à la mise en oeuvre des fritkots

    • Fin 2018 : introduction des demandes de permis d’Urbanisme.

    • Début 2019 : lancement du marché pour la mise en oeuvre (désignation de l’entrepreneur qui réalisera les travaux).

    • 2019 : réalisation des fritkots.

    Enfin, cela c'est la théorie vu qu'il y aura des élections fin 2018 et qu'il n'est donc pas certain que la même majorité soit en place, et, nous sommes en Belgique...

    Une fois le projet réalisé, les fritkots seront mis en concession/location. Y aura-t-il un candidat sérieux pour la reprise du fritkot situé au coin de la rue de Verdun et du Houtweg?

    fritkot02.jpg

    sok.jpg

  • Drink de Nouvel An du Comité

    drink.jpg

    N'oubliez pas de noter dans vos agendas ce vendredi 19 janvier!

    Année après année une belle occasion de se rencontrer. Venez surtout découvrir les nouvelles dynamiques. De 18h à 21h à la maison de quartier: entrée libre, boissons et en-cas compris, convivial comme Haren.
    Invitez vos voisins!

    voeux-Haren-2018.png

     
    Avec le soutien du Bourgmestre !

    sok.jpg