Billet d'humeur (le coin du râleur) - Page 5

  • Suite à ce lundi

    DSCN4676.JPG

    Suite à l'opération d'expulszion de ce lundi, le Comité de Haren et le collectif Vrije Keelbeek Libre publient le communiqué suivant:

    La Régie fait du zèle
    Ce lundi 21 septembre à 9h30, le juge de première instance de Bruxelles a entendu les habitants du Keelbeek et la Régie des bâtiments, à propos du recours porté contre l'avis d'évacuation de ce terrain de 18ha menacé par la construction d'une mégaprison, et a mis l'affaire en délibéré.
    C'est le moment qu'a choisi la Régie pour faire exécuter l'évacuation du Keelbeek, le recours n'étant pas suspensif. L'acharnement de la Régie n'est plus à prouver et s'est exprimé à travers le dispositif policier déployé (une centaine d'agents), le terrain rendu inaccessible au public, l'arrestation de sept personnes, la destruction de la totalité des installations du camp par des engins, et l'incendie des biens restants. Ces oppositions frontales contre l'expression citoyenne ont franchi ainsi une nouvelle étape.
    Tout cela s'est déroulé en présence d'habitants du Keelbeek, de riverains de Haren, de sympathisants venus dès le matin apporter leur soutien, de personnes politiques et de nombreux médias.
    La Régie, qui ne dispose à ce stade d'aucun permis pour commencer les travaux, a ensuite entrepris de déloger deux militants postés dans une cabane construite dans un arbre à 10m de hauteur. Des ouvriers ont commencé à tronçonner des arbres situés à proximité immédiate de la cabane occupée, et qui ont ainsi menacé de la détruire. En outre, un bulldozer a volontairement violemment percuté l'arbre dans lequel se tenaient les militants, les mettant en danger vital. Ceux-ci ont alors crié et interpellé les ouvriers et policiers sur place pour se signaler et leur demander d'arrêter, sans succès. C'est seulement lorsque la hiérarchie de la police a pu être contactée par des sympathisants repoussés aux abords du Keelbeek et informés en urgence par téléphone de la situation, que cette opération a cessé. La vie de ces deux militants a été mise en jeu.
    La Régie ne s'arrête toutefois pas là, puisque les arbres en questions sont des arbres à haute tige, protégés dans la région bruxelloise. Il faut impérativement avoir des permis pour pouvoir les couper ou les détériorer, ce dont ne dispose pas la Régie qui s'est une nouvelle fois mise en infraction.
    Face à tout cela, il est pour le moins légitime et urgent de se poser la question suivante : y a-t-il un pilote dans la Régie ?
    L'entièreté de ce projet de mégaprison, anti démocratique par de multiples aspects, a pris ce lundi une tournure violente: saccage, incendie, arrestations avec gaz lacrymogènes et actes de violence, expulsions, mise en danger de la vie d'autrui.
    En attendant que le juge se prononce sur la légalité de ces actes, d'autres actions en justice vont être intentées.
    Alors que le terrain expulsé a commencé à être clôturé, les occupants, confirmés dans le bon sens, la légitimité et la nécessité de leurs actions pour la défense des biens communs, ont sans aucune hésitation monté ce jour-même un nouveau camp sur une parcelle adjacente, avec l'autorisation du propriétaire. Ils sont déterminés à maintenir leur présence citoyenne et vigilante pour éviter la destruction du terrain du Keelbeek.

    DSCN4686.JPG

  • Toudis promis

    hamesse.jpg

    DSCN4443.JPGIl y a quelques mois, on nous promettait le début des travaux de rénovation de la cité "Hamesse" (rue de la Paroisse) pour la mi-juin. Nous sommes à présent mi-juillet et aucun chantier n'a été entrepris!

    Cela fait près d'une décénie que ces maisons qui appartiennent au Foyer Bruxellois (donc à la Ville de Bruxelles) sont à l'abandon faute de rénovation.

    hamesse paroisse.jpgIl est curieux de constater que la Ville et la Région se soient dotées d'outils répressifs à l'égard des propriétaires qui laissent leur bien à l'abandon sans se l'appliquer à eux-même!

    Il semble que nos édiles préfèrent bâtir rapidement des "furoncles urbanistiques" comme à Harenberg plutôt que d'entretenir le parc immobilier existant. Il est vrai que l'inauguration de nouveaux logements flatte l'ego démesuré de certains!

    DSCN3696.JPG

  • Ceci n'est pas une zone verte

    DSCN4446.JPG

    DSCN4306.JPGDans sa réponse à l'interpellation de Laurent Moulin du 22 juin dernier, l'échevin Geoffroy Coomans de Brachène a précisé que le Keelbeek n'était pas repris comme "zone verte" dans le Plan Régional d'affectation des sols. Et de poursuivre en disant: "Mais nous devons protéger cette commune, considérée comme l'un des poumons verts de la Région"

    Pour un amateur de vieilles pierres, ce très noble citadin manie la langue de bois avec brio!

    Mais qui est donc ce sombre fonctionnaire (et/ou politicien) qui est daltonien au point de confondre le gris béton et le vert de la végétation?!

    DSCN4449.JPGCar aussi loin que mes souvenirs remontent (et cela fait plus d'un demi siècle) cette zone a toujours été vouée à l'agriculture avant que la très contestable Régie des Bâtiments ne s'en empare. J' ai vu paitre des génisses et des taurillons avant que ne soit aménagé le parc Millenium (Teletubbies) et que la partie actuellement occupée par la ZAD ne soit consacrée  la culture du maïs.

    Qui sont donc les coupables (et les complices) de ce crime contre la ruralité!

  • La dernière des méga

    capri03.jpg

    koen geens.jpgSelon le ministre de la Justice Koen Geens, la politique carcérale du futur irait vers de petites structures... Sauf pour la future prison de Haren dont le projet mégalomaniaque serait maintenu et serait donc la dernière méga prison de Belgique (si elle voit le jour). Il faudrait selon lui remplacer les prisons de Saint-Gilles,  Forest et Berkendael trop vétustes et mal (ou pas) entretenues par la très contestée et contestable Régie des Bâtiments.

    Et pourtant, tant du coté des acteurs judiciaires que des acteurs du milieu carcéral, le projet est largement décrié!

    Trop loin, trop grand trop cher!

    Trop loin du Palais de Justice au moins pour la partie "maison d'arrêt" qui devrait accueillir les prévenus en attente de procès, ce qui impliquera de nombreux transferts, de détenus, ou d'avocats et de magistrats!

    Trop grand: pour les acteurs du monde carcéral les méga structures impliquent une déshuminisation et se révèlent donc comme un vivier pour la récidive et surtout pour la radicalisation qui mène au terrorisme!

    Trop cher puisque le partenariat Public/Privé favorise des intérêts privés... hors Belgique! (pour une fonction "régalienne" comme la Justice, c'est un comble! A terme, l'ensemble des contribuables belges paieront plus de quatre fois le cout réel de cette prison au seul bénéfice des spéculateurs privés!

    Messieurs Koen Geens et Jan Jambon, vous êtes de bons exemples pour affirmer qu'il ne faut pas être compétent pour arriver en politique!

    mapri04.jpg

  • Vitrine et placard

    hotel de v 2.jpg

    Dans une maison bien tenue, on trouve généralement deux types de rangements: les vitrine dans lesquelles on expose les objets dont on est fier, et les placards dans lesquels on entasse tout le "brol" indispensable mais qu'on veut cacher à la vue des visiteurs.

    DSCN0936.JPGIl en va de même  la Ville de Bruxelles: la vitrine c'est bien sur la Grand-Place, le périmètre UNESCO et le Pentagone en général, mais aussi le plateau du Heysel et plus encore lorsque le projet NEO verra le jour, certains imaginent déjà leur nom gravé sur le fronton du futur stade (et gnagnagna, et gnagnagna... hips...).

    Et là ou la Ville (et la Région) planque tout ses "brols", c'est bien sur à Haren.

    Et pourtant, jusqu'au début du vingtième siècle, Haren était une villégiature appréciée par la noblesse et la grande bourgeoisie. Notre entité comptait même trois châteaux.

    Hélas, les choses ont bien changé lorsque Bruxelles a annexé notre village en 1921.

    C'est vrai qu'avec seulement 2250 électeurs, les voix des harenois n'ont pas beaucoup de poids!

    DSCN0546.JPG

  • Nouvel acquiescement

    hotel de v.jpg

    La Ville Bruxelles a remis un avis mitigé qui ressemble à un acquiescement au projet de méga prison à Haren sous forme d'un "OUI MAIS NON PEUT-ETRE"

    Et justement, ce samedi 13 juin, au lendemain de la publication de l'avis de la Commission de Concertation, son président, l'échevin Geoffroy Coomans de Brachène, se mariait à l'Hôtel de Ville.

    A la question de l'officier de l'Etat Civil "Voulez-vous prendre pour épouse L. B. ici présente,); a-t-il répondu "Oui mais non peut-être"???

    de brachène prière white.jpg

     

  • Haren et Braine l'Alleud même combat?

    lion de waterloo.jpg

    Haren et Braine l'Alleud ont en commun le fait d'être dépossédés dans les médias. En effet, la bataille de Waterloo dont on fête le bicentenaire cette année s'est passée en grande partie à Braine l'Alleud (mais aussi sur Lasne et Genappe), ce n'est que la signature de l'acte de victoire de Wellington dans son QG de Waterloo qui a donné le nom à la bataille. Le célèbre lion est aussi sur le territoire de Braine l'Alleud!

    La gare de formation de "Schaerbeek" est à 95 % à Haren, l'aérodrome se situait aussi à Haren et non pas à Evere tout comme l'actuel et le futur site de l'OTAN! Plus récemment on parle à tort du Décathlon d'Evere dont la majorité des 9000 mètres carrés se trouvent à Haren!

    Mais si le bourgmestre de Braine l'Alleud se bat pour corriger les erreurs des médias (il a notamment mis le guide Michelin en demeure) notre Mayeur semble moins empressé à défendre notre village, qui pour lui mérite moins que son couteux voyage en Chine!

    Merci à Tanguy du blog de ... Waterloo pour sa contribution photographique

     

    halt02 b.jpg

     

  • Pour qui roule l'IBGE?

    DSCN4305.JPG

    Une ordonnance de la Région Bruxelloise interdit tout abatage d'arbres à "haute tige" entre le 1 avril et le 15 août de chaque année. Cette mesure a été prise afin de protéger la période de nidification des oiseaux.

    Et pourtant, l'IBGE, vient d'accorder ce 8 mai 2015 une dérogation à CAFASSO, le consortium qui devrait construire la prison de Haren et ce avant même qu'un permis ne soit délivré. La Commission de Concertation (au sein de laquelle l'IBGE est représenté), n'a même pas encore rendu son avis!

    Dans les motivations qui justifient cette décision, on peut lire notamment:

    "Considérant la décision du Gouvernement fédéral du 18 avril 2008 concernant le Masterplan prisons, confirmée le 15 décembre 2010 par le Gouvernement Fédéral ;
    Vu l’absence d’avis du Conseil supérieur bruxellois de la conservation de la nature ;
    Vu que l’absence d’avis du Conseil supérieur bruxellois de la nature équivaut à un avis positif ;
    Considérant que la mesure ne nuit pas directement ou indirectement au maintien ou au rétablissement dans un état de conservation favorable des populations des espèces concernées dans leur aire de répartition naturelle ;
    L’Institut bruxellois pour la Gestion de l’Environnement accorde, moyennant certaines conditions, une dérogation pour des raisons impératives d’intérêt public majeur, y compris de nature sociale ou économique"

    DSCN4307.JPGIl s'agit quand même de la destruction de plus de 300 arbres à haute tige sans compter les arbustres et autres buissons. Les conséquences environnementales ne sont pas négligeables!

    L'acronyme IBGE signifierait-il à présent "Institut Bruxellois pour la Gestion Economique (et privée) ?

    Il va sans dire qu'un recours a déjà été introduit contre cette décision!

  • Mis à l'ombre!

     

     

    acpr10b.jpg

    Les architectes auraient-ils un sens de l’humour ? En tout cas, ceux qui ont conçu le projet de prison de Haren se sont mis volontairement à l’ombre lors de la réunion de la Commission de Concertation.

    acpr10.jpgPlaisanterie mise à part, cette disposition était présentée comme une mesure de sécurité, les membres du consortium craignant d’être reconnus et de faire l’objet de représailles. En effet, ces derniers temps, plusieurs de ces personnes ont fait l’objet de menaces ; une des coordinatrices du projet a même démissionné, craignant pour sa sécurité et celle de ses enfants.

    Mais cette mesure n’était-elle pas aussi une opération médiatique destinée à discréditer l’opposition au projet ? Car quand les caméras de télévision se sont éteintes, les lumières de la scène se sont miraculeusement allumées, faisant de cette « concertation » une vaste comédie théâtrale !

    acpr03.jpgCar si dans les quelques 200 personnes présentes dans le public, plusieurs ont pu interpeller les intervenants, les « acteurs » sur scène ont peu convaincu l’assistance.

    Dans le public, on retrouvait des harenois mais aussi des représentants des ZADistes, d’organisations environnementales, d’avocats, de magistrats (j’en oublie certainement)… Tous opposés au projet.

    acpr00.jpgTandis que pendant ce temps, sur la place de la Monnaie se tenait une manifestation (un peu ludique) qui informait les passants.

    Pour la suite de la procédure, la Ville de Bruxelles doit rendre son avis, puis la Commission de Concertation. Celui-ci pourra être soit positif, soit négatif, soit positif mais avec des conditions et/ou amendements. Ces deux avis seront alors transmis au gouvernement bruxellois qui délivrera ou non les permis d'urbanisme et d’environnement. En cas de décision négative de la part du gouvernement Vervoort, le fédéral possède encore un droit d’injonction. Dans tous les cas, des recours seront encore possible.

    Ce n'est pas parce que la réunion se tenait dans un casino que les jeux sont déjà faits!

    L’album de la journée

     

    acpr12.jpg

     

  • Méthode imbécile!

     

    DSCN4238.JPG

    L’opposition à la prison se passe de manière pacifique et constructive de la part des habitants de l’entité et des ZADistes. Malheureusement, des éléments incontrôlables viennent entacher la crédibilité de cette opposition. Ces derniers temps, plusieurs actes de vandalisme ont eut lieu. Les derniers en date sont des tags sur le domicile privé du ministre-président de la Région bruxelloise Rudy Vervoort (qui devra accorder ou non le permis d’urbanisme) et d’un de ses collaborateurs. Récemment, notre vénérable église avait aussi été victime de tels actes.

    main.pngOn se souviendra aussi de l’école Harenheide taguée à la veille d’une réunion d’information en janvier 2014 ce qui nous avait valu une présence massive d’agents de la Sureté de l’Etat et… quelques incidents avec des policiers très nerveux…

    Ni le Comité de Haren, ni les ZADistes ne cautionnent les actes commis semble-t-il par un groupe anarchisant dont les membres sont issus des beaux quartiers du sud de Bruxelles.

    Mais à coté des tags, il y a pire. Ainsi on vient d’apprendre qu’en février dernier, une bombe incendiaire avait été placée devant le domicile d’un des architectes responsables du projet de prison. Et on nous laisse entendre que d’autres membres du consortium auraient été victimes de menaces.

    Tout cela ne sert pas la cause des vrais opposants au projet.

     

    archi01.jpg