Billet d'humeur (le coin du râleur) - Page 3

  • Pot des terres contre pot du fric

    recours01.JPG

    Des citoyens harenois (soutenus par des associations) ont introduit des recours au Conseil d'Etat contre le projet de mega-prison à Haren. De l'autre coté, on trouve bien sur la Régie des Bâtiments, maître de l'ouvrage, mais pas le consortium Cafasso qui a obtenu le marché; et pour cause, ce dernier n'a pas encore de personnalité juridique. Par contre, trois multinationales se sont alliée à la Régie pour contrer ces recours. Si la Régie, et des fonctionnaires en faisant partie, est régulièrement mise en cause dans des affaires de corruption, on peut se demander ce que font des multinationales pour le moins sulfureuses à ces cotés. Jugez plutôt:

    recours04.jpg

    Mégaprison : le règne de l’opacité et du déséquilibre des forces

    Les recours introduits par les opposants à la mégaprison de Bruxelles/Haren arrivent au Conseil d’Etat. Quatre parties se sont jointes à la cause, CONTRE les citoyens : la Régie des Bâtiments, et trois multinationales qui font partie du consortium Cafasso, soumissionnaire préférentiel pour le projet toxique de mégaprison.

    Cafasso n’a toujours pas de personnalité juridique, au motif que le marché de la mégaprison n’a pas encore été définitivement attribué. Ce sont donc trois multinationales qui le constituent qui se joignent à la cause :

    • Macquarie Corporate Holdings Pty Limited, Société de droit australien ayant son siège à Level 6 50 Martin Place Sydney, NSW 2000 Australie,
    • PPP Infrastructure Investment B.V. Société de droit néerlandais, ayant son siège Claude Debussylaan 24, 1082MD Amsterdam,
    • Denys NV, ayant son siège Industrieweg 124 à 9032 GENT.

    L’implication de ces multinationales dans les recours introduits par les opposants rappelle encore le déséquilibre des forces en faveur des entreprises qui veulent privatiser la détention.

     

    La mégaprison n’est pas un projet d’intérêt public, mais une opération de spéculation privée

    La presse a abondamment souligné il y a quelques mois que ces multinationales ont fait inscrire une clause d’indemnité dans le cas où la mégaprison serait heureusement annulée. Elle atteindrait 20 millions d’euros. La hauteur exacte de cette indemnité reste inconnue, y compris des députés de la Chambre, y compris des députés de la Commission de la Justice, puisque Cafasso, le ministre de l’Intérieur et le ministre de la Justice refusent tous trois de transmettre ces informations. Un déni de démocratie et de transparence déjà observé ces derniers mois, dans ce dossier comme dans de trop nombreux autres.

    Ces multinationales n’ont donc littéralement rien à perdre dans ce dossier, puisqu’elles seront de toute manière indemnisées. Quel intérêt vont-elle défendre auprès du Conseil d’Etat, si ce n’est leur intérêt à tirer profit de l’enfermement des détenus de Bruxelles, profits qui sont garantis par l’Etat belge et son système de Justice employé ici comme une vache à lait ?

     

    Des multinationales aux pratiques douteuses

    Nous déplorons de constater que ces multinationales ont en outre des pratiques douteuses (informations plus détaillées ci-dessous) :

    • Macquarie, est épinglé dans plusieurs affaires d’évasion fiscale. Elle est connue pour sa gestion calamiteuse de l’eau en Angleterre. Elle est également confrontée à ses pratiques inacceptables aux USA dans des PPPs que Donald Trump veut étendre.
    • PPP Infrastructure Investment B.V., partage toutes les caractéristiques d’un point d’ingénierie fiscale qui permettra à Cafasso d’éluder les impôts belges et européens.
    • Denys NV, dispose de contrats importants avec l’Arabie Saoudite, qui viole allègrement les droits de l’homme dans son pays, mais également au Yémen. L’Arabie Saoudite a été condamnée par l’ONU pour le bombardement de civils au Yémen, où Denys a été réparer un pipeline au cœur du conflit.

    Les opposants à la mégaprison de Bruxelles défendent une politique carcérale respectueuse des droits fondamentaux et publique, la sauvegarde d’un environnement vivable et une démocratie digne de ce nom. Ils se trouvent face à des institutions qui représentent l’Etat belge, accompagné désormais de trois multinationales aux pratiques douteuses.

     

    •  Quelles justifications les partis politiques des exécutifs fédéraux et régionaux donnent-ils au choix de ces partenaires privés pour une mission qui incombe par essence à l’Etat ? Comment justifient-ils d’engager l’Etat dans un contrat, dont les détails ne sont toujours pas connus, pour un coût estimé à 3 milliards d’euros, avec des entreprises aux pratiques douteuses, et alors que tout indique qu’un système d’évasion fiscale est mis en place ?
    •  Dans ces conditions, comment les députés justifient-ils le choix d’un PPP qui sera in fine payé par les contribuables et le budget de la Justice pourtant déjà trop maigre ?
    •  Peut-on sacrifier au libéralisme économique la question fondamentale du sort de ceux que notre société enferme ?
    •  Quel contrôle les députés réalisent-ils des activités de Denys n.v. qui dispose de contrats importants avec l’Arabie Saoudite, condamnée par l’ONU pour avoir bombardé des civils au Yémen ?
    •  Les députés considèrent-ils qu’une entreprise basée en Belgique peut réaliser du commerce avec le régime contesté du Yémen, soutenu par l’Arabie Saoudite, sur le pipeline LNG qui est au cœur du conflit, et alors que l’Arabie Saoudite bombarde des civils yéménites ?

     

    Les associations signataires demandent des réponses à ces questions urgentes.

     

    Signataires et contacts :

    Comité de Haren – Laurent Moulin – 0499 03 09 01

    La Ligue des Droits de l’Homme – Damien Scalia – 0487 76 82 66

    Observatoire International des Prisons – Section belge – Nicolas Cohen – 0470 02 65 41
    Respire asbl – Jean-Baptiste Godinot – 0488 20 01 75
    François Licoppe – économiste – 0496 90 70 49
    Luk Vervaet – ancien enseignant à la prison de Saint-Gilles – 0478 65 33 78

    recours05.jpg

    sok.jpg

  • Les harenois ne vous disent pas merci madame Ampe

    détour.jpg

    ampe_1.jpgNon seulement vous voulez bétonner la rue du Pré aux Oies, la transformant de fait en chaussée de Haecht bis (car c'est ce qu'il adviendra après les travaux que vous avez initiés) altérant ainsi la tranquillité de nos concitoyens, mais en plus, le planning mal réfléchi des travaux fait que Haren n'est plus desservi convenablement par les transports en commun!

    En effet, le bus 64 en provenance de la ville ne passe plus par Haren, en conséquence, les arrêts Biplan, Haren-Sud, Cortenbach, Twyeninck, et Witloof ne voient plus passer de bus! Les usager n'ont d'autres choix que de descendre à l'arrêt "Château de Beaulieu" et de reprendre un bus dans l'autre sens.

    Madame Ampe, votre incompétence ainsi que celle de vos collaborateurs laissera un souvenir auprès des harenois lors de la prochaine échéance électorale en octobre 2018!

    sok.jpg

  • Le mal aimé

    yvan.jpg

    Il y a une semaine, je vous parlais d'une pétition qui s'opposait à la réalisation d'un buste de notre ex-bourgmestre, Yvan Mayeur (relire l'article en cliquant ici).

    A l'époque, ladite pétition recueillait 2750 soutiens. Au moment ou j'écris ces lignes, le nombre de soutiens atteint presque les 15000, 14632 pour être exact. Si on met ce chiffre en rapport avec le nombre de voix de préférences qu'a obtenu Yvan Mayeur en 2012, soit 2662, on obtient un ratio de pratiquement 1 à 6 contre lui! De quoi ébranler son ego.

    A propos, j'entends régulièrement ou je lis sur les réseaux sociaux que Mayeur n'avait aucune légitimité pour exercer le maïorat puisque qu'il n'avait pas été élu. Oui il l'a bien été, même si il n'est pas le champion des voix de préférence. Beaucoup semblent confondre le système électoral en vigueur en région bruxelloise ou c'est la majorité qui choisi le Bourgmestre (généralement au sein du parti qui a le plus d'élus) et le système pratiqué en région wallonne ou c'est l'élu qui obtient le plus de voix de préférence qui est d'office désigné Bourgmestre, même s'il ne fait pas partie de la majorité.

    Pour voir la pétition, cliquez ici

    calimayeur injuste buste.jpg

    sok.jpg

  • Mayeur créé encore une controverse malgré lui

    buste.jpg

    Depuis 1830, il est de tradition de réaliser un buste des anciens Bourgmestres, bustes qui prennent place dans l'escalier d'honneur de l'Hôtel de Ville.

    Selon l'Echevin Geoffroy Coomans de Brachène, il devrait en être de même pour Yvan Mayeur, l'approbation de la dépense au Conseil Communal ne devrait pas poser de problème selon lui. Pour rappel, le dernier buste réalisé, celui de Freddy Thielemans, a couté aux bruxellois la modique somme de 67000€!!! Et je vous rappelle que pour cette législature, nous en sommes à notre troisième bourgmestre!

    Seulement voila, en a peine trois ans et demi de maïorat, Yvan Mayeur a réussi à se mettre à dos une grande partie de la population bruxelloise; les motifs de mécontentement sont nombreux, et l'affaire du SAMU Social n'a pas arrangé les choses. Il lui est aussi reproché de n'en faire qu'à sa tête et de ne pas écouter (et encore moins les entendre) ses interlocuteurs qui n'abondent pas dans son sens. A Haren, on ne la vu qu'une fois, en début de maïorat, et bien qu'annoncé à plusieurs reprises, il s'est systématiquement fait excuser à la dernière minute. Il est vrai qu'à Haren il se serait fait interpeller et ... contredit.

    C'est ainsi que le fait que la Ville va consacrer plusieurs dizaines de millier d'euros a choqué des bruxellois. L'un d'eux a lancé une pétition. Sur le NET depuis ce samedi soir, cette pétition enregistre au moment ou j'écris ces lignes plus de 2750 soutiens. Elle sera adressée aux membres du Conseil Communal.

    Mais à l'avenir, si on veut perpétuer la tradition des bustes de Bourgmestre, ne devrait-on pas mettre comme condition qu'ils aient exercé la fonction maïorale pendant au moins une législature (6 ans) complète?

    Pour voir la pétition, cliquez ici

    calimayeur injuste buste.jpg

    sok.jpg

  • Eurostadium, rien que la pointe d'un iceberg?

    eurostadium03 b 65.jpg

    Les chances que l'Eurostadium soit prêt pour l'Euro 2020 s'amenuisent. Outre les obstacles administratifs posés par la commune de Grimbergen et la députation permanente du Brabant Flamand, le club d'Anderlecht, pressenti pour en être le club résident, ne veux pas continuer l'aventure dans les conditions posées par le promoteur. Or un club résident est la condition sine qua non pour que le projet soit rentable, en apparence du moins.

    Alors pourquoi le promoteur GHELAMCO s'obstine-t-il et tente par tous les moyens de contrer les différents recours?

    eurostadium02 b 65.jpgEn fait, ce qui ne se dit pas (stratégie de communication) c'est que le promoteur entend construire à coté du stade, sur le terrain qu'il a obtenu de la Ville de Bruxelles pour 1 euro symbolique, un grand centre d'affaire qui lui sera très très rentable, pour GHELAMCO du moins. Car si la région entend financer des infrastructures d'accès pour le futur(?) stade et donc ce centre d'affaire, elle ne percevra aucune taxe puisque ces deux bâtiments se trouveront en Région Flamande. La Ville de Bruxelles ne touchera plus les loyers qu'elle a en ce moment avec le stade Roi Baudouin et ne pourra percevoir de taxe sur la billetterie; pire, elle va payer un loyer de 4 millions d'euros par an à GHELAMLCO pour pouvoir utiliser quelques jours par an le stade pour ses propres manifestations.

    Mais qu'est-ce qui pousse ainsi les élus à dilapider l'argent des contribuables au profit de voraces promoteurs?

    photos: GHELAMCO

    eurostadium03 65.jpg

    sok.jpg

  • Formée de caprices

    Lorsqu'on regarde la carte de la Ville de Bruxelles, on peut s'étonner de la forme étrange qu'elle présente; cela ne correspond pas à l'expansion naturelle d'une ville.

    En fait, à l'origine, la Ville de Bruxelles se limitait au pentagone, elle s'est étendue en annexant tout ou partie des communes qui la jouxtait.

    carte bxl ville.jpg

    La première annexion, en 1864,  fut celle de la partie sud, à savoir le bois de la Cambre et l'avenue Louise (coupant la commune d'Ixelles en deux). Il se raconte que c'est un caprice de Léopold II qui en est à l'origine: il voulait pouvoir se promener à cheval vers le bois de la Cambre au départ du Palais Royal sans quitter le territoire de sa capitale. (le nom de l'avenue est en l'honneur de sa fille ainée quand à la place Stéphanie, il fait référence à sa deuxième fille)

    leopold II b.jpgLe même Léopold II, à la recherche d'un lieu pour célébrer dignement le cinquantenaire de la Belgique, jeta son dévolu sur un terrain de manoeuvres de l'armée situé sur le territoire d'Etterbeek. C'est ainsi qu'en 1880, ce qui allait devenir le parc du cinquantenaire fut annexé à la Ville de Bruxelles devenant par la suite le quartier Nord-Est.

    albert I avion.jpgEn 1921, en vue de conserver le titre de port maritime, la Ville de Bruxelles avait besoin de créer un avant-port en aval du pont Van Praet, celui-ci ne permettant pas le passage des navires de mer. C'est ainsi qu'une partie de Molenbeek et de Schaerbeek furent annexées ainsi que l'intégralité des communes de Laeken, Neder over Heembeek et... Haren. (Loi du 30 mars 1921.pdf) Sauf que pour Haren, l'extension du port n'était qu'un prétexte; en réalité, le roi Albert, passionné d'aviation (il pilotait son propre avion) voulait comme son aïeul pourvoir exercer sa passion dans sa capitale, et justement, en 1915 l'occupant allemand avait créé un champ d'aviation à Haren!

    philou 2.jpgVous croyez que ce genre de caprice n'a plus cour actuellement, pas si sur. Alors qu'il n'était encore que prince, mais résidait déjà au château de Laeken, Philippe fit l'acquisition d'un hélicoptère. Il a souhaité pouvoir en disposer directement "à domicile". Or le type d'hélicoptère qu'il possédait, un Robinson R44, est monomoteur donc interdit de survol de la région bruxelloise, et quel que soit le type d'appareil, le survol du domaine royal de Laeken est interdit. Il obtint donc une double dérogation et c'est ainsi qu'on pouvait voir son hélicoptère rouge survoler la capitale. Depuis qu'il a accédé au trône, il a revendu son hélicoptère tout en pilotant régulièrement d'autres appareils pour conserver sa licence.

    sok.jpg

  • Embarras en vue à la rentrée

    pré aux oies.jpg

    Le calendrier est fait ainsi, c'est chaque fois à l'approche des échéances électorales que les grands travaux publics trouvent leur aboutissement.

    ampe_1.jpgLa prochaine échéance communale aura lieu en octobre 2018 et comme par hasard, la rénovation des rues du Pré aux Oies, du Dobbelenberg, du Donjon et Flodorp connaîtra un coup d'accélérateur en ce mois de septembre pour être prête avant les élections.

    Pas si sur que cela serve les intérêts électoraux de l'échevine des travaux public Els Ampe, car certains harenois craignent que la rue du Pré aux Oies, macadamisée, ne deviennent une voie de délestage pour la très encombrée chaussée de Haecht et ce malgré les "coussins berlinois" qu'elle compte y installer (il y en a même qui regrettent déjà les pavés qu'ils considèrent comme faisant partie du patrimoine de Haren). On pourrait aussi croire qu'elle aime tout bétonner comme l'a été sa ville d'origine: Ostende.

    Toujours est-il que les travaux de la phase 3 démarrant en septembre, il faut s'attendre à des embarras de circulation dès la rentrée au niveau de la rue du Pré aux Oies du coté de la gare de Haren-Sud et de la rue de Verdun.

    Pour plus d'infos en PDF, cliquez ici

    ganze travauxpreauxoiesplanning.png

    sok.jpg

  • Crayon contre béton

    StripFR-page-004.jpg

    StripFR-page-001.jpgIl n'y a pas qu'à Haren qu'on a matière à se plaindre des promoteurs privés. Ainsi, différentes associations et des habitants actifs dans le quartier de Tour & Taxis, regroupés au sein de la plateforme "Tout Publiek" manifestent leur désaccord vis à vis du nouveau Plan Particulier d'Aménagement du Sol adopté par le gouvernement Vervoort (PS, DEFI et ... CdH).

    La plateforme « TouT Publiek » regrette un processus non transparent qui suit très fort les demandes du promoteur. Ce plan permettra une urbanisation de plus de 371 000 m² avec des gabarits importants allant jusqu’à 150 m de hauteur.

    Pour manifester et faire part de leurs revendications, la plateforme a choisi de publier une BD dont vous pouvez voir quelques extraits illustrant cet article.

    Pour télécharger la BD en entier, cliquez sur le lien ci-dessous:

    Tour et Taxis sera-t-il sauvé par une Brebis (pdf 2,07 Mo)

    StripFR-page-009.jpg

    sok.jpg

  • Félicitation depuis Haren... et espoir pour plus de Justice

    castrum peint.jpg

    Le nouveau Bourgmestre, Philippe Close, a prêté serment ce jeudi 20 juillet, et le Comité de Haren, par la plume de son Président, Laurent Moulin, lui adresse une lettre ouverte que je vous propose de découvrir:

     

    Monsieur le Bourgmestre,

    Laissez nous vous féliciter pour avoir prêté serment en tant que Bourgmestre de la ville de Bruxelles et pour l'espoir que vous faites naître chez nous.

    Nous vous écrivons depuis Haren. Haren vous connaissez bien, vous y avez rencontré Jules il y a quelques années qui a partagé avec vous, lors d'une édition de Bruxelles Bienvenue, une partie du folklore Harenois ainsi que sa passion pour les belles mécaniques.

    Vous avez appelé récemment à « maintenir un équilibre entre la fonction de capitale, la quiétude de ses riverains et le bien-être de ses habitants. » (1) Vous parliez alors de Neder-Over-Hembeek, mais nous ne doutons pas que pour vous le droit à cet équilibre reviens à chaque Bruxellois et donc au Harenois qui en ont grand besoin. Et nous en sommes très heureux car c'est cela justement que nous appelons pour notre quartier.

    Vous citez-vous même les usines Seveso, l'incinérateur et le projet de mégaprison de Bruxelles qui n'a toujours pas été abandonné par l'état fédéral. Nous pourrions ensemble rajouter l'OTAN, le dépôt de la STIB, la centrale de traitement des eaux de Bruxelles Nord, une asphalterie , etc sans parler des voies de communications terrestres et aériennes.

    Dans le souci double de rétablir une gestion enfin juste du territoire et une répartition raisonnables des fonctions et ainsi d'offrir une place adéquate à l'économique, aux services d'intérêt collectifs et au résidentiel, il est urgent de stopper le projet de mégaprison de Bruxelles qui s'impose par d'obscurs détours sur votre territoire et notre village.

    Nous serions heureux de vous présenter la richesse du Keelbeek, le potentiel naturel et historique qu'il convient de valoriser d'urgence et qui se trouve aujourd'hui menacé par différents projets.

    Vous aimez les gens et nous appelons en vous le socialiste. Nous vous invitons à vous pencher de plus près sur nos quartiers du Nord de la ville de Bruxelles.

    En adulte responsable, nous ne pouvons pas accepter de concentrer une telle quantité d'infrastructures lourdes dans un seul quartier. Surtout quand elles ne présentent pas d’intérêt pour la collectivité comme c’est le cas pour la mégaprison de Bruxelles.

    Nous ne pouvons pas accepter de soutenir un projet qui n'a pour but que de déshumaniser et d'automatiser l'enfermement des pauvres au profit d'intérêts économiques internationaux. (2) L'image de Bruxelles ne mérite pas non plus d'être associée à une mégaprison d'un modèle dépassé qui attirera les scandales pour lesquels elle est prédestinée.

    Nous attendons de votre part un geste fort, en ligne avec vos convictions.

    Dans l’attente de vous lire,

    Cordialement,

    Laurent moulin, pour le Comité de Haren et amis

     

    loupe haren.jpg

    sok.jpg

  • Poepje Karel et les billets verts

    zwd03 b.jpg

    charles marionette.jpgFinalement, Poepje Karel aurait trouvé les milliard qui lui manquaient, et ce sans avoir joué à Euromillions!


    Peux être ne les a-t-il trouvé que par un simple jeu d’écriture, ce ne serait pas la première fois que notre Pinocchio joue avec la vérité et que son nez s’allonge.


    zwd02.jpgAu lieu de dire qu’il y avait un trou de 4,2 milliards d’euro, il aurait pu dire qu’il lui manquait 4,2 milliards de dollars… zimbabwéens! Cette monnaie ne valait plus rien à tel point que pour acheter un pain, il fallait une brouette entière pleine de liasses de billets. Il y avait même des coupure de cent mille milliards de dollars (100 000 000 000 000)! Combien d’entre nous ont déjà eu un billet de 500 euros en poche?


    Finalement, en 2009, le gouvernement Zimbabweéen a décidé d’abandonner sa monnaie nationale  au profit  profit de devises étrangères; il faut dire que les billets affichaient un valeur inférieure à celle du papier sur lequel ils étaient imprimés.


    Mais la vraie question est de savoir quand notre marionette en bois (comme sa langue) deviendra un petit garçon sage!

    zwd01.jpg

    sok.jpg