Billet d'humeur (le coin du râleur) - Page 2

  • Tout permis?

    DSCN6855.jpg

    Un des points soulevés lors de la réunion concernant le travail des forces de sécurité à Haren avec le bourgmestre et les représentants des forces de l'ordre, concernait le stationnement sauvage sur les trottoirs. Rien n'a changé et certains se croient ainsi tout permis!

    DSCN6856.jpgAinsi, ce dernier samedi de mars, un semi-remorque s'est garé pendant de longues heures sur le trottoir de la rue Harenheyde, ne laissant aucune place pour les piétons; de plus, un véhicule particulier était garé sur le trottoir d'en face, le bloquant de même.

    Si on pourrait comprendre que pour un déménagement, le camion n 'ait eu d'autre choix que de se garer là, la législation impose la mise en place d'une signalisation adéquate afin de prévenir les autres usagers et protéger les piétons, mais, manifestement, nous n'avions pas affaire à des professionnels du déménagement.

    Quand au particulier, il est au moins coupable d'entrave à la circulation et mise en danger de piétons (sans oublier la contravention pour s'être garé sur un trottoir).

    Le commissariat est fermé le week-end, et déplacer une patrouille à Haren un samedi pour cela...

    DSCN6860.jpg

    sok.jpg

  • Ou est l'Etat de droit?

    keelbeek pont bar.jpg

    C’est parti. Les premiers arbres ont été coupés, le terrain du Keelbeek est à nouveau surveillé et ce alors que l’ensemble des recours lancés par des citoyens ne sont pas encore épuisés.

    Cela n’est pas sans rappeler les événements de septembre 2015 durant lesquels la police dégagea manu militari les occupants du site au moment où était plaidée la cause de celui-ci devant le tribunal qui déclara quelques jours plus tard l’action de la police illégale.

    On pourrait être confronté cette fois encore au même cas de figure, l’état n’ayant pas laissé le temps à la justice de trancher. La politique du fait accompli se substituant à la loi du plus fort, cela semble devenir une habitude.

    Mais ce ne sont pas là les seules errances d’un gouvernement qui semble se préoccuper davantage de quelques intérêts financiers plutôt que des avis non seulement des Harenois mais aussi d’une grande part du corps de la magistrature, des experts en matière carcérale et même d’une partie de la police.

    cafasso01.jpgAinsi, sur le panneau d’avis de début des travaux figure le nom de Cafasso NV , un consortium dont les statuts n’ont toujours pas été rendus publics.

    Un marché public a donc déjà été octroyé à une personne juridique inconnue.

    Mais cela ne s’arrête pas là, le contrat lui non plus et malgré les nombreuses requêtes de certains parlementaires est non publié.

    Le gouvernement s’engage donc dans des travaux dont personne ne peut déterminer le montant et ce malgré les mises en garde de la Cour des Comptes.

    Ce que l’on sait par contre, c’est que ces travaux seront menés sous un montage appelé partenariat public privé (PPP) qui permet au consortium d’engranger les bénéfices de la « location » de la prison à l’état laissant à ce dernier une grande partie des risques. Une nouvelle socialisation des pertes et privatisations des profits mais cela devient habituel.

    Ces contrats ont montré leur nuisance. Leur coût est bien souvent trois fois supérieur à celui d’un investissement direct réalisé par une entité publique. En ces périodes de restrictions budgétaires, on aurait pu espérer que l’état gère en bon père de famille. Ce ne sera pas le cas.

    De nombreuses personnalités politiques dans d’autres pays européens ont pourtant déjà à ce propos tiré la sonnette d’alarme ainsi que la Cour des Comptes de notre pays qui met en garde contre l’utilisation de ce mécanisme. Mais de ces avis autorisés l’état belge à nouveau ne tient pas compte.

    Pire le gouvernement a été jusqu’à interdire un audit de cette technique de financement.

    Au sein de ce consortium, outre la société de construction basée à Gand : Denys, se profilent des groupes financiers puissants comme la BNP Paribas Fortis et l’australien Macquarie Group spécialisé en financement d’infrastructures.

    Leur modèle économique est bien rodé et inspiré de ce qui se passe depuis des décennies aux Etats Unis. Ils s’assurent d’obtenir une garantie de payement pour l’ensemble des cellules qu’elles soient occupées ou non, poussant ainsi à la maximisation de la taille de la prison et à l’ « optimisation » de son taux d’occupation. Alors que tous les experts en matière carcérale s’accordent à dire que la taille optimale d’une prison est de 300-400 occupants, c’est bien d’une maxi prison dont on parle à Haren qui comprendra 1.190 cellules.

    Le but, on l’aura compris, n’est pas de doter la Belgique d’une nouvelle prison, alors que dans le même temps de nombreux états européens ferment certaines d’entre elles comme aux Pays Bas ou en Suède, ni même de renouveler le parc de celles-ci, la prison de Saint Gilles pouvant être rénovée à bien moindre coût mais d’offrir un cadeau à des intérêts financiers avec, comme on peut l’imaginer, si l’on se réfère aux trop nombreuses affaires Publifin, Orès, le Samu social,…, Gial quelques retours sur compromission pour certaines personnalités politiques.

    Des citoyens attentifs, des riverains, des associations plaident depuis longtemps pour que ce projet qui ne peut être compris que comme un projet financier, soit reconsidéré.

    Outre les recours pendants devant les autorités belges, ils sont contraints également de s'adresser aux instances européennes afin de de mettre en avant le déni de démocratie d’un état qui se prévaut d’être légitime.

     

    Signataires :

    François Licoppe, Elisabeth Grimmer, Isabelle Hochart, Jean Baptiste Godinot, Laurent Moulin, Bibiane Bolle, Daphnis Bockstael, jérôme Pelenc, Valentine Julien, Ana Navarro, Aya Tanaka, Guilmain Stéphanie, Fabienne Vandereyken

    Comité de Haren, Observatoire international des Prisons - section belge, La Ligue des Droits de l'Homme, Respire ASBL, SolidHaren ASBL

    cafasso02.jpg

    sok.jpg

  • Close Encounters of... nimporte quoi

    close01.png

    réunion sécurité.jpgCela commence par une communication ratée: les invitations aux harenois pour cette rencontre avec leur bourgmestre et services de police ne sont arrivées dans les boites aux lettres que quelques heures avant ladite réunion. Mais les réseaux sociaux ainsi que votre blog préféré (enfin, je peux rêver) avaient rempli leur rôle dès la fin de la semaine dernière, et la trop petite salle de la Maison de Quartier était remplie par une bonne cinquantaine de nos concitoyens.

    Et puis voici des policiers, en tenue d'apparat ou presque (pas en tenue de terrain) qui arrivent, mais ce ne sont pas les policiers du commissariat de Haren! S'en suit un exposé par le chef de zone sur la géographie Haren, inutile car bien connue de l'assistance. Le rôle, très administratif des inspecteurs de quartier est décrit, il ne sont pas habilités à réaliser des interventions (pourquoi sont-ils donc armés?). Puis on apprend qu'un "immense" progrès pour la sécurité de Haren va être concrétisé: jusqu'à présent, dans le deuxième district (Laeken, Neder over Heembeek, Haren), seul un commissariat à Laeken était ouvert 24H/24, mais dorénavant, un deuxième commissariat, celui "Versailles" à Neder le sera. Sait-il seulement combien de temps faut-il pour une patrouille d'intervention pour venir de ce coin vers notre village, ou combien de temps faut-il à un harenois pour s'y rendre en transport en commun? 

    Car c'est bien là une des préoccupations principales des harenois: dès la fermeture du commissariat, en soirée et le Week End, les petites frappes sévissent!

    close02.pngEntretemps, le bourgmestre est arrivé et s'excuse pour son retard, après avoir donné la parole à la directrice de Bravvo qui fait son exposé en se cachant d'une moitié de l'assistance derrière un pan de mur, Close prend la direction des débats en écoutant les questions des citoyens et en tentant d'y répondre, après tout, les prochaines élections sont dans 9 mois!

    Il serait trop long de détailler ici l'ensemble des questions posées, mais ce sont les mêmes que dans la précédente législature et répétées depuis lors des différents forums de quartier. Et la réponse du politique est la même: merci d'attirer notre attention sur ce problème, nous allons le résoudre (oui mais quand? Votre réponse, Monsieur le Bourgmestre on l'a déjà entendue à maintes reprises, agissez maintenant!).

    Autres problèmes soulevés: le trafic de transit grandissant et la petite délinquance qui prend possession des nouveaux quartiers (qui mangent les espaces verts qui faisaient le charme de Haren)

    Je n'ai pas croisé de harenois convaincu par cette rencontre qui sent la pré-campagne électorale à plein nez!

    close03.png

    sok

  • Close rencontre

    police lanterne.jpg

    close01.jpgC'est dans l'air du temps, pour être informé, il faut compter sur des fuites! C'est ainsi que notre bourgmestre propose aux harenois une rencontre citoyenne pour discuter de la sécurité et de la convivialité de notre quartier. A cette rencontre devraient également être présents le chef de corps de la zone de police de Bruxelles Capitale Ixelles et la directrice de l'a.s.b.l. de prévention BRAVVO.

    agents03.jpgSeulement voila, cette invitation, peu de harenois l'ont reçue, et seule une "fuite" m'en a informé!

    agents04.JPGDans le texte de l'invitation une phrase me laisse penser que notre bourgmestre a des dons de spiritisme: "Ce sera aussi l'occasion de rencontrer ces agents qui travaillent au quotidien à votre sécurité et à la convivialité du quartier." Philippe Close aurait-il le pouvoir de faire apparaître des fantômes???

    réunion sécurité.jpgLa rencontre est prévue ce

    • lundi 29 janvier à 19 heures
    • à la Maison de Quartier
    • rue Cortenbach, 11

    agents02.jpg

    sok.jpg

  • Jeux de chaises

    dw01.jpg

    dw02.jpgIl n'y a pas à dire, au MR on aime jouer aux chaises musicales. Ainsi, quelques mois à peine après sa prise de fonction, l'échevin de la participation, David Weytsman quitte le collège de la Ville de Bruxelles pour devenir député régional, il reprend le siège de Boris Dilliès qui lui reprend le maïorat d'Uccle en lieu et place d'Armand De Decker.

    clementinebarzin01.jpgC'est Clémentine Barzin qui reprendra l'échevinat de la participation citoyenne à la Ville de Bruxelles, pour peu de temps puisque les prochaines élections communales se tiendront au mois d'octobre.

    Tout ces jeux de cours de récréation sont-ils bien sérieux?

    sok.jpg

  • Debilité enflammée

    flamme01.jpg

    chateau feu.jpgMais qu'est-ce qui pousse des petits c... à bouter le feu. Quel plaisir peuvent-ils retirer de la destruction des biens d'autrui?

    feuverdun.jpgCes dernières années, ce genre de vandalisme s'est multiplié. A Haren, chaque année à la Saint-Sylvestre, le commissariat fait l'objet de ce genre de dégradation. On se souvient encore de la destruction du château de la plaine de jeux. Plus récemment, avant la nouvelle année, le feu a été bouté à des poubelles rue de Verdun, le feu ayant produit des dommages au bâtiment voisin, encore heureux qu'il ne se soit pas propagé davantage.

    D'autres quartiers souffrent du même problème: ainsi, à Neder over Heembeek, le feu a été bouté ce dimanche soir à un autocar qui a été complètement détruit!

    Quel satisfaction les coupables peuvent-ils avoir ainsi de telles exactions, d'autant que s'ils n'ont rien dans la tête, ils n§ont pas davantage dans le pantalon puisqu'ils n'assument pas leurs actes.

    Si ils sont fascinés par le feu, pourquoi ne deviennent-ils pas cuisiniers ou, au pire, ne travaillent-ils pas à l'incinérateur de Neder over Heembeek, là au moins ils seraient utiles!

    busfeu01b.jpg

    sok.jpg

  • Fils et petit-fils de migrants

    exode01 650.jpg

    Né en Belgique, de parents et grands parents belges, je suis pourtant fils et petit-fils de migrants! En effet, mes grands-parents en 1914, puis ma mère en 1939 ont fuit la guerre (à pied) vers la France. Dans ce pays, ils ont trouvé des citoyens qui les ont accueillis avec bienveillance et qui leur ont apporté leur soutient, tout comme à présent des citoyens de Belgique apportent leur aide aux migrants que des politiciens aux amitiés collaborationnistes veulent rejeter!


    Nous avons tous dans notre histoire ou parmi nos relations des personnes qui ont fuit une guerre ou un régime totalitaire, que ce soient des espagnols qui ont fuit le franquisme, des hongrois ou d’autres ressortissants des ex-pays de l’est… j’ai même eu comme professeur de français un prince russe dont la famille avait fuit la révolution soviètique!


    francken collabo.jpgN’en déplaise au sieur Francken (aux amitiés collaborationnistes, condamnées par la justice), le mouvement citoyen qui porte assistance aux migrants est un acte de profonde humanité.


    Mes grands-parents et ma mère ont eu la chance de retrouver leur foyer après un bref exil. Je suis certain que les migrants aimeraient en faire autant si la situation dans leur pays d’origine leur permettait de le faire.
    En attendant,  « La Porte d’Ulysse », le centre d’accueil situé à Haren offre un abris provisoire à une centaine d’entre eux en plus des citoyens qui chaque soir leur proposent gîte et couvert.

    blue star 02 650.jpg

    sok.jpg

  • Don de voyance

    commissariat.JPG

    En 2018, je me fais voyant. J'avais en effet prédit que le commissariat de Haren se ferait vandaliser lors de la nuit de la Saint-Sylvestre, et cela n'a pas manqué!

    police lanterne.jpgBon, je n'ai aucun mérite, car cela se répète chaque année. L'an dernier, ces petits c... s'en étaient même pris à la Maison de Quartier. Et cette année, ils ont fait fort en boutant le feu au commissariat. Feu qui a été rapidement maîtrisé par des policiers présents (vous avez bien lu, il y avait des policiers à Haren en cette soirée de réveillon, des égarés probablement). Et deux suspects ont même été interpellés! Aucune indication sur l'âge des personnes en question, mais il est probable que ce soit des jeunes auxquels leurs parents n'ont pas su inculquer les valeurs élémentaires du vivre en société.

    Enfin, mauvais point pour l'agence Belga, qui dans la dépèche relatant l'incident envoyée à ses abonnés, situe le commissariat à la rue de Verdun (au lieu de la rue Cortenbach). Information erronée relayée en copié/collé par des médias tels que la RTBF ou BX1!

    police pyramides.jpg

    sok.jpg

  • Le stade sous eaux

    eurostadium01 65.jpg

    Nouveau coup dur pour le projet de stade national, le futur président du club d'Anderlecht n'envisage nullement d'en devenir le club résident.

    C'était pourtant une des conditions de la viabilité du projet, très cher à l'échevin des sports Alain Courtois, mais surtout très cher pour les bruxellois donc pour les harenois.

    En effet, la Ville, qui cèderait pour 1 euro symbolique le terrain du parking C du Heyzel, s'engage auprès du promoteur à louer le futur stade pour 4 millions d'euros par an, et au bout de 99 ans à le racheter pour un montant équivalent à 80 % du prix du marché. Mais en plus, la Ville se prive ainsi des recettes de location de l'actuel stade Roi Baudouin ainsi que des taxes sur la billetterie puisque le parking C se trouve sur le territoire de Grimbergen!

    Et en plus, on apprends que la Ville et la Région se sont entendues pour financer à concurrence de 160 millions la construction d'un nouveau parking en remplacement du parking C. Et pourtant, Alain Courtois persiste à dire qu'il n'y a pas d'argent pour mettre le stade Roi Baudouin aux normes!

    heyzel sat b 650.jpgLe soi-disant stade national sera exclusivement dédié au football, contrairement au stade Roi Baudouin qui est "multisport". Mais au delà du stade que tout le monde connait, c'est l'ensemble des terrains sportifs du plateau du Heyzel qui sont voués à disparaître au profit des promoteurs du projet Neo. Il y a là des terrains utilisés par des clubs bruxellois pour s'entraîner ou pour leurs compétitions. Terrains de football, piste d'athlétisme, salle et terrain extérieur pour le tir à l'arc, pistes de pétanque intérieures et extérieures, terrains de tennis, salle pour la pratique de handisport... sans oublier la "Maison de Verre" de l'Union Belge de Football et le siège du COIB.

    Il y a bien un "sport parc" prévu en contrepartie, mais bien plus modeste que ce qui existe en ce moment qui suffit à peine à combler les besoins des clubs.

    sok.jpg

  • Communiqué du Comité de Haren

    keelbeek pont bar.jpg

    Voici un communiqué du Comité de Haren que nous vous livrons in extenso:

     

    Prisons en partenariat-public-privé :

    La mégaprison de Bruxelles est officiellement un projet ruineux !

     

    La Cour des comptes française demande de bannir les prisons PPP

    Charles Michel veut les multiplier et refuse deux audits de la Cour des comptes belge

     

    Ce 13 décembre 2017, la Cour des comptes française a remis un rapport accablant sur les Partenariats-Publics-Privés (PPP) dans la politique immobilière de la Justice. Les PPPs carcéraux sont principalement visés. Cette analyse vient appuyer les critiques sur la gestion calamiteuse du projet de mégaprison de Bruxelles/Haren, déjà présentés dans le document « genèse d'un crime »1.

     

    Tout y passe : les hypothèses initiales favorisant les PPP sont peu réalistes, le manque de transparence sur les coûts, l'absence de données chiffrées, la fausse complexité des projets qui sont dus à la technicité obscure des contrats PPP et pas aux projets de construction eux-mêmes, les surcoûts exorbitants lors des modifications de contrats ou travaux intercurrents, etc. Au final, les PPPs s’avèrent être plus chers et moins efficaces que les marchés classiques.

     

    Du point de vue budgétaire, l’Etat a choisi des entreprises qui empruntaient à 6% des projets qu’il pouvait lui-même financer à 1,31%2. L’effet cumulé des différents contrats fait boule de neige, au point que : « Le ministère de la justice se trouve confronté à une équation budgétaire redoutable en matière immobilière en raison des défaillances de la programmation, de besoins à venir considérables et du risque d’impasse budgétaire. »3

     

    C’est précisément ce que les opposants à la mégaprison de Bruxelles à Haren dénoncent depuis 7 ans, en se basant sur les rapports de la Cour des comptes belge. Le choix du financement PPP de ce qui se voulait être la plus grande prison du pays était injustifiable.

     

    Dans son rapport du 21 décembre 2011, la Cour y relevait :

    • l’absence d’études préalables suffisantes concernant la décision de principe du gouvernement de choisir la formule du Partenariat Public-Privé (PPP), en particulier l’absence du test de la plus-value de ce choix par rapport à un financement classique,

    • et la difficulté d’évaluer les coûts liés à la future prison de Haren.

    En 2015, dans ses commentaires relatifs au budget fédéral 2015, la même Cour des comptes de notre pays tirait à nouveau le signal d’alarme : « les crédits prévus pour payer les redevances DBFM (Design, Build, Finance and Maintain) des prisons de Marche, Beveren et Leuze et la redevance du CPL de Gand ne seront sans doute pas suffisants alors que ces établissements sont en sous-capacité, à l’heure actuelle”, “le coût réel de la prison de Haren reste inconnu, alors que les étapes déjà réalisées des Masterplans semblent ne pas pouvoir être financées entièrement ».

     

    La Cour des comptes belge n’avait ni le recul ni les informations pour évaluer l’impact de ces PPPs sur l’usage correct des deniers publics. Elle tirait la sonnette d’alarme. La Cour des comptes française, observant l’expérience outre-Quiévrain, tire un bilan clair, net, précis : il faut bannir les PPP carcéraux.

     

    En Belgique, l’opposition à la Chambre a déposé le 11 janvier 2016 une proposition de résolution demandant de confier à la Cour des comptes la réalisation de deux audits pour faire la clarté sur les PPPs carcéraux. Il s’agit du document 54K15684, qui est toujours pendant. A ce jour, le MR et la NVA ont refusé toute avancée sur ce sujet pourtant essentiel pour la Justice.

     

    Vous avez dit, « goed bestuur », « bonne gestion », « transparence » ?

     

    L’impasse budgétaire, sécuritaire, sociale et environnementale que constitue le projet de mégaprison peut toujours être évitée. Le rapport de la Cour des comptes française sur l’impact catastrophique des PPP carcéraux sur le budget de la Justice constitue un nouveau signal, qui ne peut pas être négligé.

     

    Quelle est la situation en Belgique ? Quelle part les annuités de remboursements des contrats PPP vont-elles constituer dans le budget de la Justice déjà excessivement rachitique ? Le gouvernement Michel prévoit 8 nouveaux projets carcéraux en PPP, ce qui rend encore plus pressante la nécessité des audits demandés dans la proposition de résolution 54K1568.

     

    Tout retard dans la réalisation de cette analyse, qui devrait être confiée à la Cour des comptes, pèsera sans nul doute sur la responsabilité des membres des gouvernements qui auraient décidé d’engager l’Etat dans des contrats complètement déséquilibrés. Faut-il que l'intérêt financier des multinationales aux pratiques douteuses Macquaries, Denys et PPP Infrastructure Investment, principales bénéficiaires du projet de PPP de la mégaprison de Bruxelles-Haren, passe avant l'intérêt public, celui de l'Etat comme des citoyens ? Le gouvernement Michel doit se prononcer, les preuves évidentes et factuelles des lacunes et problèmes rédhibitoires posés par les PPPs carcéraux étant désormais documentées.

     

    Contacts :

    Jean Baptiste Godinot – 0488 200 175

    Laurent Moulin – 0499 030 901

    logocomite.png

    sok.jpg