Lettre ouverte contre lieux fermés

despri.jpg

Vous connaissez peut-être l'acteur Matthias Schoenaerts et le réalisateur Michael Roskam (dont le dernier film, "Le Fidèle" est en ce moment sur les écrans). Le 7 octobre dernier, ils publiaient dans le journal Het Nieuwsblad une carte blanche dont le sujet pourrait concerner Haren: le système carcéral.

Nous en publions ici la traduction:

« Pour chaque délit, il y a deux sortes de victimes : Ceux qui en subissent les dommages et ceux qui en subissent la honte.   Aux cotés des personnes qui sont les victimes directes d'un délit et condamnées à subir et traverser un traumatisme, il y a également une famille, un compagnon ou une compagne qui doit continuer à vivre avec les actes de leur partenaire, leur frère ou leur soeur, leur enfant.

 Et revenons-en au coupable. Dans quelle mesure voulez-vous être un humain?

Etes-vous comme nous qui sommes d'avis qu'il ne faut pas être surpris qu'une personne que l'on traite comme une bête se comporte également comme une bête ? Ou trouvez-vous justement qu'une personne qui se comporte comme une bête doit également être traitée comme une bête ? Nous estimons que cette dernière proposition n'est plus de notre temps. Les détenus sont encore des humains, aussi difficile que cela puisse être à accepter. A leur sortie de prison, nous ne voulons pas qu'ils soient à nouveau un danger pour nous, nos familles, leur famille et eux-même. C'est logique tout de même ?

Mettons un terme à un système qui a été pensé il y a 200 ans, et apportons un peu de respectabilité à notre monde. »

 schoenaerts w.jpgroskam.jpg

sok.jpg

Les commentaires sont fermés.