Retour vers le passé (VII)

hh701.jpg

Nous n'en avons pas encore fini avec l'histoire notre village, quelques publications seront encore nécessaires pour en venir à bout (du moins telle que rapportée par Alphonse Wauters en 1855):

"L'évêque Philippe-Erard Vandernoot a légué aux pauvres de Haeren, le 17 septembre 1718, six petites maisons, qui devaient être données à autant de ménages pauvres, à charge de payer seulement, par trimestre, un loyer d'un florin, pour chaque maison. C'était le curé du village et le locataire de la ferme Cortenbach, et, en cas de dissentiment entre eux, le possesseur de cette ferme, qui accordaient le droit d'occuper cez maisons. Quand les deux conjoints, habitant l'une d'elle, étaients morts tous les deux, leurs enfants devaient en sortir et aller ailleurs gagner leur vie. Un incendie a réduit en cendres ce peit hospice, dans la nuit du 3 au 4 mai 1839.

hh702.jpgLe greffe échevinal de Haeren possède une série de régistres aux ad-héritances pour les années 1557 à 1577 et 1626 à 1795; des rôles qui commencent en 1647; un manuel des biens de l'église et des pauvres, datant de 1621; un régistre des biens appartenant à l'église, formé en 1716. L'abbaye d'Afflighem avait à Haeren une cour censale, dont les tenanciers jurés, faute de sceau commun, faisaient sceller leurs actes par les échevins du village (26 avril 1564).

L'église de Sainte-Elisabeth à Haeren avait pour patron de chapitre de Saint-Gudule à Bruxelles, auquel le duc Henri 1er, en 1224, et l'échevin de Bruxelles, Guillaume Pipenpoy, en 1230, donnèrent les dîmes qu'ils possédaient en cet endroit. Dès le commencement du douzième siècle, Everwyn de Schaerbeke, y avait donné un dîme à l'hospice des Douze-Apôtres (depuis de Sainte-Gertrude), à Bruxelles; de temps immémorial, le chapitre de Saint-Vincent à Soignies en prélevait une autre, qu'il abandonna ensuite, en partie au curé du lieu, et en partie au curé d'Evere.

Vers l'an 1300, les revenus du personnat comprenaient: quatorze bonniers de terres, dont le produit se partageait par moitié entre la personne et celui qui exploitait ce bien, Guillaume, fils de Pierre; deux héritages situés, l'un à Haeren, l'autre à Dieghem; 60 bonniers de bois, ou la personne avait un tiers du produit, dont elle cédait une partie au curé; la petite dîme du village, dont le curé recevait la moitié, et la dîme de dix bonniers qui, après avoir été cultivés, furent convertis en près et dont ne voulut plus payer la dîme. Il y avait dans l'église une chapellinie des Ames (dès l'année 1265), et une chapellinie de Sainte-Elisabeth; celle-ci, dont le possesseur devait célébre la messe trois fois par semaine, fut annexée, avec la matricularia de Haeren, au chapitre des petits chanoines de Sainte-Gudule, en vertu de bulles des papes Eugène IV et Nicolas V, datées du 23 octobre 1445 et du 9 septembe 1447.

à suivre..

hh703.jpg

sok.jpg

Les commentaires sont fermés.